AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 hell of a night // gabriel

Aller en bas 
AuteurMessage


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 52
years old : twenty seven.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 16:24


hell of a night
nicki & gabriel

une clope entre tes lèvres. t’avais dit avoir besoin de prendre l’air, ce n’était pas complètement faux d’ailleurs. seulement, si t’avais besoin de prendre l’air, c’était parce que tu cherchais une porte de sortie. flirt innocent, quelques paroles échanges. des rires. pourtant, tu n’avais pas la tête à ça. pas depuis quelques temps, en fait. et tu comprenais pas vraiment pourquoi. tu te disais que justement, ça t’aiderait à te changer les idées. pourtant, voilà que tu cherchais encore un échappatoire. d’ailleurs, t’avais bien envie de partir. peut-être bien que tu l’aurais fait d’ailleurs. seulement, tu te disais qu’une bière de plus te ferait pas de mal. une bière oui, mais en solo cette fois. puis tu retournerais chez toi. alors tu prends une grande inspiration. puis tu laisses tomber ta clope au sol, avant de l’écraser. et t’entres dans le bar. sans grande surprise, elle est toujours là. à quelque part, t’aurais bien voulu qu’elle comprenne le message. mais visiblement, t’avais pas été assez explicite. alors, t’en viens à aller t’exiler aux toilettes. pas trop longtemps, mais juste assez pour qu’elle comprenne le message. peut-être bien qu’elle se fasse accoster par un autre homme. t’en viens même à te dire que ce serait certainement pas bien difficile de faire mieux que toi. parce que ce soir, en matière de connard, t’es certainement roi. puis à nouveau, tu prends une grande inspiration. comme si ça pouvait changer quoi que ce soit. mais disons que ça à plutôt l’effet contraire. air pourrie des toilettes publiques, pas le choix de réaliser que clairement tu resteras pas là très longtemps. juste assez pour pisser, et te laver les mains après. et au pire, si elle est toujours là, tu retourneras chez toi, tout simplement. l’eau du robinet qui se met à couler avec que la porte ne s’ouvre et que tu croises rapidement son regard dans la glace quelques secondes. il n’en faut d’ailleurs pas plus pour que tu serres les dents. pour que t’accélères un peu la cadence que t’en sois débarrassé, et que tu quittes au plus vite ces lieux pourris. certainement le bar tout court, d’ailleurs. puis tu fermes le robinet. tu prends même pas le temps de te sécher les mains, tes jeans feront aussi bien l’affaire que le papier. puis t’arrives à la porte, t’en saisis la poignée. mais elle s’ouvre pas. alors, t’insistes, un peu. et t’as certainement l’air con de le faire, parce que clairement, cette porte s’ouvrira pas. « et merde. » que t’en viens à dire. certainement pour toi-même d’ailleurs. c’était clairement pas prévu ça. d’ailleurs, t’avais même du mal à concevoir comment c’était possible. mais t’étais coincé là. non, rectification. vous étiez coincés là. et ça, c’était certainement bien pire d’ailleurs. soupir qui franchit la barrière de tes lèvres. alors que t’en viens à frapper contre la porte. mais t’entends bien la musique de l’autre côté. tu sais bien que t’aurais beau faire tout et n’importe quoi, c’est pas ça qui va vous faire sortir de là. putain de soirée merdique, ouais.

_________________


≈ some nights i talk to myself, i said the words that i could say to no one else. and some nights i talk in my sleep, i said the words i never said when you were with me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


second ward


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 402
years old : twenty six years old
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:02


hell of a night
nicki & gabriel

T'avais eu besoin de boire un verre, d'oublier un peu ta vie merdique. Ces derniers temps, tu n'arrives pas à reprendre le contrôle de toi-même. C'est usant d'ailleurs, ça te fatigue et t'es parfois excecrable. Alors t'as décidé d'aller dans ce bar, sans le dire à personne. Puis de toute manière, t'as envie d'être seul. Alors t'es là, accoudé au bar sans remarquer le monde autour de toi. Ce n'est pas dans ton habitude pourtant, tu détonnes du décor, mais t'en a rien à foutre. Tu laisses glisser le liquide entre tes lèvres entre tes lèvres, et tu soupires, encore. Tu ne sais pas depuis combien de temps, tu es là, après tout, tu t'en fous royalement. T'as bien senti pourtant, ton téléphone vibrer de nombreuses fois. Nul doute que ce soit, soit le travail, soit ta meilleure amie. Celle que t'aimes le plus au monde, mais à qui tu fais du mal sans le vouloir. La vie vous a éloigné ces derniers temps et vous en souffrez autant l'un que l'autre.

Tu n'as pas regardé l'heure, mais tu sens que ton corps te rappelle. Outre un besoin naturel, tu sens que tu n'es pas loin du départ. Passer des heures et des heures ici ne t'as pas du tout aidé, et ne t'aidera pas dans les heures à venir. Autant rentrer chez toi. Tu entres donc dans les toilettes, l'air te fait grimacer. Tu ne comptes pas rester ici très longtemps. Quelqu'un est présent avec toi, mais tu ne le reconnais pas directement. C'est simplement en entendant sa voix que tu te figes, ton cœur battant un peu trop fort. Oh non, ce n'est pas quelque chose de positif. Tu serres les poings, te retenant de t'énerver. Tu essaies de faire un effort, mais c'est physique, autant lui que toi, vous ne vous supportez pas. Tout ça t'a coupé dans ton élan, mais le pire, c'est sûrement le fait que vous soyez apparemment bloqué, tout les deux, dans ces toilettes puantes. Merde merde et re-merde. C'est quoi ce karma en fait ? C'est une façon d'essayer de vous rapprocher ? Non, c'est mort. Tu ne le supportes pas, et tu ne le supporteras sûrement jamais. Le fait de savoir, qu'il bosse avec elle te rend déjà assez dingue comme ça. Tu serres les dents et te retournes « Pour quelqu'un qui travaille avec ces mains, t'es pas foutu d'ouvrir une porte Grayson ? » Oui, tu l'attaques, c'est ainsi, tu ne sais pas faire autrement. Et puis, si ce n'est pas toi qui lances la pique, c'est lui. Au final, vous êtes d'accord sur une chose, votre désaccord.


Dernière édition par Gabriel Langford le Lun 17 Sep - 9:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://des-astres.tumblr.com/


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 52
years old : twenty seven.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:07


hell of a night
nicki & gabriel

t’avais bien aucune idée de comment t’avais pu te mettre dans une telle situation. et à vrai dire ça te semblait complètement insensé. et tu te demandais c’était quoi la chance que ça arrive. que ça t’arrive. t’avais clairement aucune idée de ce que t’avais bien pu faire pour te prendre ce karma de merde en pleine tronche. pourtant, tu te risques à tenter une dernière fois d’ouvrir cette porte, sans succès. et tu soupires. une nouvelle fois. « pour quelqu'un qui travaille avec ces mains, t'es pas foutu d'ouvrir une porte grayson ? » tu lèves les yeux au ciel. bien sûr qu’il t’avait sorti une phrase du genre. c’est le contraire qui t’aurait surpris. et d’ailleurs, t’hésites à te retourner. parce que clairement, t’es pas certain d’être d’humeur pour ses piques à la con. pourtant, c’est tout de même ce que tu fais. tu te retournes et tu le regardes dans les yeux. avant de croiser les bras devant toi. peut-être bien que t’aurais mieux fait de ne rien dire. de laisser ça mort. t’attendre que quelqu’un veuille entrer et ainsi de trouver un moyen de sortir sans avoir à lui parler. oui, clairement cette solution aurait été plus sage. et pourtant… c’est pas ce que tu fais. « bah non. j’adore avoir l’air con. » que tu réponds, sans aucune gêne. parce que merde, cette porte, elle est verrouillée, de l’extérieur qui plus est. et t’as beau bossé avec tes mains comme il dit, clairement c’est pas ça qui va faire en sorte que cette putain de porte va s’ouvrir. mais s’il veut jouer à ça, pas de problème. « mais comme toi aussi, tu bosses avec tes mains, j’imagine que t’auras pas de mal à l’ouvrir ? » et puis tu te recules de quelques pas, pour lui laisser la place, pour qu’il tente à son tour d’ouvrir cette porte. comme si ça allait changer quelque chose. premier échec, puis un second. sourire sur tes lèvres, parce que clairement, t’espérais bien le voir se planter. il le fallait même. t’étais donc pas déçu du résultat. quoi qu’à quelque part, ça aurait été vite réglé s’il avait pu ouvrir cette porte. et t’aurais pas eu à le supporter pour le temps que vous seriez coincés là. « à moins qu’elle soit verrouillée et qu’on se trouve coincé là comme deux cons. » tu te foutais de sa gueule. t’avais pas honte. parce que bon, il s’était quand même pas gêné de le faire, alors t’allais pas te retenir de lui relancer la pareille.

_________________


≈ some nights i talk to myself, i said the words that i could say to no one else. and some nights i talk in my sleep, i said the words i never said when you were with me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


second ward


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 402
years old : twenty six years old
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:11


hell of a night
nicki & gabriel


Tu hausses un sourcil « T'en fais pas pour ça, c'est ton air naturel. » Oui, tu peux te montrer très puéril quand tu veux. Ce qui te dérange en fait, avec lui, outre le fait qu'il tourne un peu trop autour de ta meilleure amie, c'est qu'il soit le frère de Torie, mais surtout, que si vous n'aviez pas cette discorde vous pourriez vous entendre. Et l'idée même que tous les deux, vous agissiez autrement que de deux gamins immatures, mais plutôt en adultes et que vous soyez aimables l'un envers l'autre te retourne l'estomac. Bon, tu exagères énormément, surtout qu'à la base, tu n'étais que méfiant envers lui. Maintenant, c'est autre chose, outre le fait que tu ne l'aimes pas, t'as peur pour ta meilleure amie. Certes, c'est une grande fille, elle sait se débrouiller et mieux que quiconque, mais c'est plus fort que toi. Et dans le sens inverse, c'est la même. Cependant, tout est toujours trop compliqué. Tu te retiens de soupirer, t'es pas con, tu ne vas pas l'ouvrir cette foutue porte, mais fierté mal placée tu fonces quand même, quitte à avoir l'air con toi aussi. T'abandonnes finalement au bout de trois essaies, ce n'est pas s'acharner qui vous aidera. Mais si tu chopes celui qui a osé vous enfermer, il passera un sale quart d'heure. « Oh joie intense ! C'était mon rêve d'être enfermé avec toi Grayson ! Et des toilettes comme c'est romantique ! » Tu papillonnes des yeux l'air con avant de grimacer et donner un coup de pied rageur dans la porte. « Bordel ! » Tu commences déjà à te sentir suffoqué dans cette pièce. Entre l'odeur et la tension entre vous, quand vous sortirez, t'auras besoin d'un autre verre sans aucun doute. Tu t'éloignes de lui et cherches un endroit censé être propre. Tu te demandes comment ce bar peut toujours tourner avec une hygiène aussi merdique. Toi qui as l'habitude de bosser dans un environnement aseptisé, joie. Tu attrapes finalement ton téléphone et tu avais vu juste. Le boulot, m'enfin, tu saurais te faire pardonner. T'essaies désespérément de capter du réseau, peut-être qu'en appelant le bar directement, ils viendraient vous ouvrir ? En attendant, vous devez vous supporter, mais tu ne sais pas si l'un comme l'autre, vous allez avoir la patiente de vous ignorer bien longtemps. Tu essaies d'imaginer la tête de Plùm dans cette situation, nul doute qu'elle ne saurait pas ou se mettre et tenterait de calmer la situation. Ça partirait en couille, forcément.


Dernière édition par Gabriel Langford le Lun 17 Sep - 9:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://des-astres.tumblr.com/


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 52
years old : twenty seven.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:12


hell of a night
nicki & gabriel

situation qui te déplaisait, au plus haut point d’ailleurs. malgré tout tu tentais de garder ton calme. parce qu’il ne te restait plus que ça à faire. ça, et peut-être espérer que ce supplice ne dure pas trop longtemps. parce que bon, tu te dis que tôt ou tard, y’aurait bien quelqu’un qui aura besoin d’aller aux chiottes. et clairement, à ce moment-là, vous pourriez sortir de là. et essayer de vous croiser le moins possible aussi, comme vous le faites. parce que lui et toi, c’est pas le grand amour, y’a plus à redire. et clairement, t’aurais été avec n’importe qui d’autre, l’expérience aurait été moins pénible. « oh joie intense ! c'était mon rêve d'être enfermé avec toi grayson ! et des toilettes comme c'est romantique ! » un point sur lequel vous semblez d’accord. parce que oui, tu sais très bien ce qu’il a voulu dire par là. mais clairement, il aurait certainement mieux fait de pas le dire comme ça. quelques pas que tu fais en direction du lavabo, avant que tu ne viennes t’appuyer contre celui-ci. et que tu le regardes s’énerver contre cette porte. tu te retiens de rire toi. t’as l’air de prendre la chose un peu mieux que lui à vrai dire. peut-être parce que de l’autre côté de cette porte, tu sais bien qu’elle doit probablement être encore là à t’attendre. ou peut-être parce qu’il t’a tendu une perche que tu ne peux que saisir. « j’peux pas dire que j’suis surpris. » que tu commences, pleinement conscient que ça ne veut rien dire. du moins, pas sans la suite des choses. « parce que j’sais bien que c’est ton rêve langford. » voilà, c’est dit. parce que bon, comme vous semblez coincé là jusqu’à temps qu’on vous ouvre, autant le faire chier un peu. et faut dire que c’est plus fort que toi, que tu peux même pas t’en empêcher. « j’pensais pas que t’aurais l’audace de l’admettre par contre. » tu pousses, encore. et t’as pas fini de le faire. mais tu t’en fous bien toi. même si clairement, ça te reviendra probablement en plein visage. mais bon, t’es bien prêt à prendre le risque. « mais c’est mignon. » et encore un peu. peut-être que tu vas trop loin, mais tu t’en fiches éperdument, c’est vrai. puis, tu sors ton paquet de clope de ta poche, t’en glisses une entre tes lèvres que tu tardes pas à allumer. ton regard qui se redirige vers lui avoir que tu souffles cette fumée cancérigène hors de ta bouche. « t’en veux une p’tre ? » déjà un peu plus civilisé. mais faut dire que ça ne parait pas tout à fait naturel comme offre. parce que tu as peut-être hésité à lui proposer. mais bon, l’essentiel c’est que t’aies proposé non ?

_________________


≈ some nights i talk to myself, i said the words that i could say to no one else. and some nights i talk in my sleep, i said the words i never said when you were with me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


second ward


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 402
years old : twenty six years old
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:13


hell of a night
nicki & gabriel


T'hausses un sourcil en l'écoutant, c'est qu'il peut-être marrant le gargiste en carton. Il veut jouer, vous allez jouer t'es pas du tout contre l'idée. D'un, ça vous fera passer le temps, et de deux vous pourrez vous défouler l'un autant que l'autre. Pour une fois, que Plùm n'est pas là pour faire tampon entre vous, c'est l'occasion ou jamais « Tu me connais trop bien, c'est épatant. » Tu ne bouges pourtant pas de ta place, te contentant de le fixer, les bras croisés un peut l'air nonchalant « Tu sais, parfois, il faut savoir oser et dire ce qu'on ressent. » Et un sourire commence à naître au coin de tes lèvres, « C'est la jalousie que veux-tu, tu me fais tellement triper Grayson..  » Tu te fous clairement de sa gueule. T'es pas gay, d'un premier point et de l'autre même si tu l'étais jamais tu ne t'y intéresserait. T'es pas fou, juste un peu bizarre, mais là ça serait la plus belle blague de l'année. « Non ça ira, j'respire déjà tellement de merde que j'vais pas en rajouter. » Tu ne dis pas ça forcément pour lui, c'est un fait entre l'hôpital et la caserne, des odeurs t'en a à la pelle et la clope, c'est bien la dernière chose qui te tente. Peut-être que tu essayeras un jour, mais pas ici, et pas avec lui. Tu retiens un soupir et reprends ton téléphone, te mettant à arpenter la pièce de long en large et en travers, mettant en place une distance de sécurité entre vous deux. Bon, certes, vous ne vous êtes encore jamais battus, mais tu l'sens, ça viendra un jour et ça ne sera pas beau à voir. Pas au point de vous envoyer dans le coma, l'un ou l'autre, mais bien s'amocher ça, c'est fort probable. Finalement, blasé, tu t'arrêtes en plein milieu de la pièce et soupir « Pas d'réseau, pas de clefs, la musique à fond, on est bloqués ici pour un bon moment.. » Ça ne te réjouit pas du tout même et tu sais qu'il pense la même chose que toi ; ça craint.

Tu essaies vaguement de compter les minutes afin de déterminer la durée de votre calvaire. Une chose est sur, ça doit les faire marrer de l'autre côté, puisqu'il est flagrant que leur rire soit contagieux, enfin sauf sur vous. « Fais gaffe où j'pourrais abuser de toi, on ne sait jamais. » Même pas en rêve, ni en chanson, bon sans que t'as envie de te barrer de là..


Dernière édition par Gabriel Langford le Sam 22 Sep - 11:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://des-astres.tumblr.com/


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 52
years old : twenty seven.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:14


hell of a night
nicki & gabriel

clairement, tu ne t’attendais pas à ce qu’il continue dans cette même veine. qu’il continue à alimenter cette source qui ne lui apporterait que des moqueries de ta part. parce que clairement, tu te foutais bien de sa gueule. tu le trouvais bien con de te dire ça. mais bon visiblement, il n’avait aucun filtre pour les conneries. l’idée qu’il avait peut-être abusé un peu de l’alcool t’avait traversé l’esprit d’ailleurs, mais clairement, t’allas pas lui demander. non, tu t’étais plutôt contenter de changer de sujet, en lui offrant une cigarette. « non ça ira, j'respire déjà tellement de merde que j'vais pas en rajouter. » puis, tu hausses les épaules, signe de ton indifférence face à sa décision. parce que tu te dis qu’au moins, t’aurais fait l’effort de lui proposer. puis à quelque part, ouais, clairement, ça t’arrange bien de pas partager. le silence qui s’installe pendant un moment à partir de là. fumée de ta cigarette qui se répand peu à peu dans la pièce. parce que ouais bon, il ne voulait pas respirer de la merde, mais clairement t’allais pas te priver pour lui. surtout que bon, comme il n’y avait aucune fenêtre, pas moyen de s’en débarrasser. « pas d'réseau, pas de clefs, la musique à fond, on est bloqués ici pour un bon moment.. » visiblement, il n’allait pas se la fermer. enfin, faut dire que c’était assez surprenant que toi, tu restes ainsi muet. mais clairement, toute cette soirée c’est un peu trop pour toi que t’en perds même l’usage de la parole. tout du moins, un bref instant. « fais gaffe où j'pourrais abuser de toi, on ne sait jamais. » tu te retournes d’un coup vers lui, en le dévisageant. ouais là, tu trouvais qu’il y allait un peu fort. « toujours plus, hein ? » que tu laisses tomber, alors que t’as les yeux qui se lèvent au ciel. le soupir qui s’y joint. « ouais bah clairement là, j’vais te demander de calmer tes ardeurs langford. » ta clope qui commence à te brûler les doigts. alors, tu finis par l’écraser dans le fond de l’évier sur lequel tu es appuyé avant d’ajouter : « parce que même si j’doute plus un seul instant que j’te plais, c’est pas réciproque. » non à vrai dire, tu sais pertinemment que c’est tout le contraire. qu’il n’y a que de la haine, d’un côté comme de l’autre. mais comme ça semble l’amuser de balancer de la merde, clairement tu vas pas l’en empêcher. même si bon, peut-être qu’à quelque part ça te divertissait un peu, mais maintenant les images que ça t’occasionnent te font plutôt grimacer. ouais, tu commences à en avoir marre de ses conneries. et si bien que t’avais bien voulu rire à un certain moment, là, ça te faisait juste chier.

_________________


≈ some nights i talk to myself, i said the words that i could say to no one else. and some nights i talk in my sleep, i said the words i never said when you were with me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


second ward


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 402
years old : twenty six years old
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:15


hell of a night
nicki & gabriel


Oh oui, il te plaît. Tu rêves même de lui toutes les nuits. Malheur, il a compris ton manège. Tu te retiens vraiment de l'envoyer péter lui et ses grands airs. Et t'es pas assez tordu pour imaginer quelque chose entre vous. Pourtant, tu connais des gens, qui vous prendrait pour des amants tragiques. La haine qui devient de l'amour. Mouais, vomitif. Très peu pour toi, vraiment. Si tu dois le toucher, c'est uniquement pour effacer son stupide sourire de sa saleté de visage. T'as jamais eu autant de ressenti pour quelqu'un depuis ton adolescence. Et vu le niveau de l'époque, c'est dire. T'arrives pas à comprendre comment ce mec a pu attirer autant de filles. Il faut pas croire, si tu n'aimes pas qu'il soit proche de ta meilleure amie, c'est parce que sa réputation le précède bien. C'est un connard, et ça, ça change jamais.

Les meilleures sont les plus courtes comme on dit, et il est temps justement d'arrêter. Ça risque d'aller trop loin et c'est pas ton but. T'as pas plus envie que lui de rester bloquer ainsi. Répondre à quelques vannes ça passe, mais tu pries presque le bon dieu pour qu'on vienne vous libérer de cette pièce qui devient, minutes par minutes, totalement oppressantes. « C'est pas parce que ma meilleure amie à des goûts étranges qu'il en est le cas pour tout le monde. » Ouais, t'es cash et t'en a strictement rien à foutre. Elle a beau ne rien te dire, t'es pas con au point de ne pas t'en apercevoir. Il lui plaît, et ça t'arrives vraiment pas à le digérer. La ville est pleine de mecs qui en valent le coup, mais faut qu'elle tombe sous le charme de cet abruti. « Et soyons francs, j'préfère me taper ta sœur. » Toi et Torie, vous avez déjà couché ensemble. Tu sais que ça le rend dingue alors t'abuses de cette histoire. Rivalité débile, haine mutuelle inutile. Tu souris franchement sans le quitter des yeux. Tu peux être infernal quand tu veux. « J'ai même rendez-vous avec elle plus tard, tu m'excuseras de ne pas vouloir m'éterniser en ta compagnie. J'ai mieux à faire. » Tu pourrais bluffer oui, si tu ne passais pas quelques soirs en sa compagnie. T'as pas d'mots sur votre relation, mais vous en avez une, que ça lui plaise ou non.

L'ambiance a vraiment changé, c'est sûrement un peu de ta faute. T'aurais pu fermer ta gueule, laisser couler et continuer d'espérer qu'on vous ouvre. Mais non, tu fonces toujours dans le tas, imbécile qui ne prend pas la peine de réfléchir avant d'agir. Impulsif incontrôlable. Parfois, on dirait que t'es resté bloqué à tes seize ans, gamin buté. Tu l'sens, la prochaine vanne risque d'éclater, et bizarrement, tu t'y prépares. Te battre ? Ce n'est pas un problème pour toi. Plùm ? Votre relation est déjà compliquée, ça ne pourra pas plus aggraver. Parce que t'as ce putain de pressentiment qu'elle prendrait son parti à lui. Putain, ça t'fais chier cette histoire.


Dernière édition par Gabriel Langford le Sam 22 Sep - 11:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://des-astres.tumblr.com/


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 52
years old : twenty seven.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:15


hell of a night
nicki & gabriel

tu sais très bien que c’était pas le cas. tu savais très bien qu’il jouait cette pseudo-comédie juste pour te faire chier, peut-être même pour te pousser à bout. parce qu’il sait que tu ne l’aimes pas. et toi, tu sais très bien que c’est réciproque. pourtant, toi, y’a fallut que tu lui demandes de calmer ses ardeurs. peut-être bien que t’aurais dû te la fermer. peut-être bien qu’en lui répondant, tu ne faisais que l’encourager à te faire chier. mais t’es pas comme ça toi. t’as bien du mal à te la fermer, et ce dans toutes circonstances. pourtant, tu devrais, tu le sais bien. mais visiblement c’est pas aujourd’hui que t’apprendrais finalement. pourtant, y’a quelques secondes qui passent. secondes pendant lesquelles, tu ne dis rien, il ne dit rien. avant que ce silence ne se brise enfin. « c'est pas parce que ma meilleure amie à des goûts étranges qu'il en est le cas pour tout le monde. » tes dents qui se serrent, à l’instant même où il parle d’elle. parce que oui, clairement, tu sais bien que le gros de son problème avec toi, c’est elle. peut-être bien que vous pourriez tous les deux vivre votre petite vie tranquille chacun de votre côté, si elle, elle n’avait pas cette place dans chacune de vos vies. enfin, elle et... « et soyons francs, j'préfère me taper ta sœur. » le soupir facile entre tes lèvres. parce que oui, clairement cette remarque, tu l’avais vu venir à mille à l’heure. enfin non, pas tout à fait. ce que tu avais vu venir, c’est qu’il te parle de ta sœur. mais clairement, tu étais loin de te douter qu’il amènerait sur la table le fait qu’il se la tape. tes poings qui se serrent. parce que déjà, ce type, il t’énerve. et qu’en plus là, il vient de te donner toutes les raisons nécessaires pour le cogner. et putain que ça te démange d’ailleurs. « j'ai même rendez-vous avec elle plus tard, tu m'excuseras de ne pas vouloir m'éterniser en ta compagnie. j'ai mieux à faire. » et là, ça c’est trop. t’avais beau tenté d’essayer de respirer, de te calmer, là t’y arrive plus. en fait tu t’en fiches de savoir si c’est vrai ou pas. qu’est-ce que ça peut bien changer. tu veux pas que ce type s’approche de ta sœur. point barre. et tu veux encore moins qu’il parle d’elle comme ça. alors tu te remets sur tes pieds. tu t’avances vers lui. ton poing qui saisit le collet de son chandail. ton regard qui se plante dans le sien. regard mauvais, qui laisse présager que t’es déjà à bout. « ah ouais d’accord, on y va pour les coups bas. l’respect est mort. » que tu lui craches au visage. parce que toi, tu te fous bien de tout ce qu’il peut dire sur ton cas. par contre, ce qui arrive à trouver à dire sur elles, ça, ça te passe de travers. « à c’que j’sache, j’t’avais ni parler torie, et encore moins d’plùm. » tes dents se grincent. t’es sur le point d’exploser là. « alors clairement j’sais pas c’que tu voulais prouver en m’disant que tu t’tapes ma sœur. » et là tu le lâches. ton bras qui retombe le long de ton corps. avant que tu ne te retournes pour t’éloigner. mais pas longtemps. non tu fais demi-tour toi. et là, ton poing finit sa course en plein centre de son visage. et si ça peut lui avoir casser le nez, bah c’est tant mieux.  

_________________


≈ some nights i talk to myself, i said the words that i could say to no one else. and some nights i talk in my sleep, i said the words i never said when you were with me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


second ward


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 402
years old : twenty six years old
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:16


hell of a night
nicki & gabriel


L'air est étouffant entre vous et sa stupide clope. T'aimerais tant qu'il étouffe avec, et si ça arrivait sous tes yeux tu n'l'aiderais pas. Même pour tout l'or du monde. Il en serait de même pour l'inverse. Entre vous, il arrive un stade ou, même avec tout l'amour que vous éprouvez pour les filles, votre haine mutuelle surpasse tout. Tu n'sais pas ce qu'à voulu accomplir l'abrutit qui vous a enfermé ici, mais ce n'était clairement pas l'idée de l'année.

Et voilà que monsieur Grayson se met à râler des coups bas ? Il est le seul à pouvoir en faire, c'est ça ? Qu'il aille se faire foutre, tu t'en fous bien de le blesser, son existence même t'exaspère. Tu n'réponds pas, après tout il n'y a rien à dire, tu sais déjà de qu'elle façon ça va tourner, et tu t'y prépares. T'as rien à prouver non plus, et il est complètement attardé s'il pense que tu les utilises. Tu aimes Plùm plus que n'importe qui au monde, sûrement la raison pour laquelle tu n'acceptes pas ce changement de cap chez elle. Égoïste, jaloux, possessif. T'es pas à ton avantage, mais tu as horreur qu'on marche sur ton terrain, qu'on convoite tes choses. Parce que ta meilleure amie, si tu pouvais, tu lui ferais tatouer ton prénom sur une de ses fesses, histoire de rappeler au monde qui vous êtes. Mais t'as pas l'droit, pour ton plus grand malheur. Vraiment, tu n'sais pas ce qu'elle lui trouve.

T'as rien à prouver, t'as juste énoncé des faits. Y'a que la vérité qui fait mal, la preuve vu qu'il réagit au quart de tour. Certes, parler de Torie n'était pas spécialement la meilleure idée du siècle, mais tu sais pertinemment qu'il te déteste pour être proche d'elle. 50/50, chacun paye pour ses relations. Tu pensais pouvoir le titiller encore un peu, mais clairement, il est déjà à sa limite. T'as pas le temps de réagir que tu sens son poing rentrer en collision avec ton visage. Le bruit sourd et la douleur instantanée te fais comprendre qu'il t'a en effet pété le nez. Le sang commence à couler à flots, et tu te mets à rire. T'as sûrement l'air d'un psychopathe, mais t'arrives pas à t'en empêcher. Il devait sûrement s'attendre à autre chose, que tu attaques directement et que vous finissiez par vous défouler ? Ce fait est la prochaine étape, tu t'en fais la promesse, mais tu profites juste de l'instant pour l'attraper par les épaules et enfoncer ton genou dans son estomac avec force. Tu sais bien que dans ce match, il va dominer la situation, mais t'as toujours su te débrouiller, ce n'est pas aujourd'hui que ça va s'arrêter. Et puis vous attendez ça depuis trop longtemps, les hostilités sont ouvertes, prêt, partez.


Dernière édition par Gabriel Langford le Sam 22 Sep - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://des-astres.tumblr.com/


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 52
years old : twenty seven.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 14 Sep - 17:16


hell of a night
nicki & gabriel

Tu ne sais pas vraiment ce qui t’as pris. Simple impulsion du moment. Quoi qu’il faut bien le dire, ça fait bien longtemps que t’as envie de faire ça. Le jeune homme qui te fait face, qui t’agresse au plus haut point. Et au final, ce n’est même pas rationnel tout ça. C’est juste que tu ne peux pas le blairer. En même temps, faut dire qu’il l’a bien cherché aussi. Parce que clairement, c’est bien rare que t’apprécie un mec qui tourne autour de ta sœur. Pourtant, tu ne sais pas, lui c’est pire. Peut-être bien parce qu’il a cet air un peu arrogant, qu’il se croit tout permis. Comme si la terre était à ses pieds. Ouais bah voilà qu’il fait un peu moins le malin, avec le nez cassé et ensanglanté.
Quoi qu’encore. Il arrive à te surprendre le type. Ouais parce que tu l’entends bien ce rire. Ah oui, en plus, il trouve ça drôle. Alors que clairement, bah il est moche à regarder avec sa nouvelle tête de con. Mais bon s’il trouve ça drôle, tant mieux hein. Toi, qui t’étais retourné après lui avoir cogner le nez. Ouais parce que bon, on ne va pas se mentir, y’a pas que son nez qui est endoloris, tes phalanges en ont pris un bon coup aussi. Pourtant ce rire, il t’avait poussé à te retourner vers lui. Erreur. Parce que y’a son genou qui s’enfonce dans ton estomac, et tu te retrouves le souffle coupé. Quoi qu’au final peut-être bien que t’as bien fait de te retourner, parce que sinon, tu ne l’aurais pas vu venir.
Puis il te lâche, et tu dois bien prendre quelques secondes pour retrouver t’as respiration coupée. Et là, c’est à ton tour de rire. Parce que c’est clair que ce n’est pas ça qui va t’arrêter toi. Et là, t’as clairement envie de le défigurer un peu plus, mais tu te retiens. Ouais non, parce que t’as une toute autre idée derrière la tête. « t'as que ça dans l’ventre ? » Que tu lui demandes, sur le ton de défi. Parce que clairement, tu le provoques, et tu ne t’en fiches pas. Dans le pire des cas, tu finiras avec une gueule défoncée. Tu resteras quand même plutôt beau gosse. « En plus tu te bats comme une meuf. Pathétique. » Ouais ça enfin, c’est pas tout à fait vrai. Y’a qu’à voir que t’avais le souffle coupé deux secondes plutôt pour dire qu’il se défendait bien. Mais si tu lui faisais une fleur, ce ne serait pas très drôle.

_________________


≈ some nights i talk to myself, i said the words that i could say to no one else. and some nights i talk in my sleep, i said the words i never said when you were with me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


second ward


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 402
years old : twenty six years old
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Lun 17 Sep - 11:57


hell of a night
nicki & gabriel

un rictus vient naître au coin de tes lèvres. il te provoque le con en plus. tu n'sais pas ce qui ne tourne pas rond dans cette chose qui est censé être son cerveau. tu n'sais même pas s'il en possède un même. la douleur de ton nez te lance, mais tu tentes de l'oublier. mine de rien, il a de la force le con. pas que tu en ai douté, une seule seconde, après tout, il est bien plus baraqué de toi. pas que tu lui jalouses cela, ressembler à un camionneur c'est pas des masses ton trip. qu'il dise ce qu'il veut, il reste un blaireau à tes yeux. un mec pathétique qui s'croit supérieur. son passif de connard je-prend-je-jette reprendra le dessus un jour, t'en est certain. d'la mauvaise graine, c'est pourri à vie. ça ne devient pas positif d'un jour à l'autre. et c'est pas tourné autour de ta meilleure amie qui fera d'lui de la bonne herbe. bon, oui, tes comparaisons sont minables, mais faut dire ce qui est. « et en plus t'es maso.. pathétique. » mais bordel, que t'as envie d'amocher son stupide visage à l'instant même. « tu parles en connaissance de cause, t'appelles ça un coup-de-poing ? » bon d'accord, il t'a bien amoché et tu sens bien que plùm va littéralement -et pas que- hurler. tu réfléchis déjà à une bonne excuse, parce que même si tu assumes totalement de te mettre sur la gueule avec cet abruti, devant elle, ce n'est pas une bonne idée. déjà en temps normal tu te méfie -elle pourrait te castrer en deux secondes-, alors là t'oses même pas imaginer. tu n'veux pas balancer ton poing en premier, mais tu sais bien qu'il n'attend que ça. devoir retourner aux insultes pour enfin vous bastonner ça va vite te faire chier. « trêve de paroles grayson, marre d'entendre ta voix de con. » t'espères qu'il va se décider, parce que t'as une furieuse envie de te défouler. et tu l'entends, cette porte être secouée. on vous râle après, comme si vous aviez demandé à être enfermés tout les deux. et d'autres voix vous annonce une liberté prochaine. mais tu n'prends même pas la peine de répondre. qu'ils la défoncent cette porte, toi ce que tu veux défoncer, c'est l'type en face de toi, qui te sort par tout les trous possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://des-astres.tumblr.com/


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 52
years old : twenty seven.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   Ven 12 Oct - 21:10


hell of a night
nicki & gabriel

oh oui, tu le cherches. sans même t’en cacher. parce qu’il faut dire que tu attends ce moment depuis longtemps. celui où tu allais pouvoir extérioriser toute cette haine que tu ressens à son égard. regard longtemps placé de travers, mots que tu lui crachais à tout va. simplement pour lui faire comprendre que tu ne l’aimais pas. même si clairement ça, ce n’était plus à en douter. mais oui, étrangement, ça t’avait fait du bien de lui casser le nez. et si bien que t’avais du mal à respirer à cet instant bien précis, il n’en restait pas moins que ça en valait probablement la peine. parce que clairement, toutes les raisons te semblaient bonnes pour lui refaire le pourtant. pour lui faire ravaler ce sourire de petit con qu’il semblait avoir d’étampé dans le visage. « et en plus t'es maso.. pathétique. » peut-être bien que tu l’étais, en effet. toi qui habituellement, n’appréciais pas trop de prendre les coups, qui préférais de loin les donner. mais c’était clairement plus fort que toi. tu l’cherchais, et t’espérais le trouver par tes remarques un peu déplacées. et tu avais l’impression qu’il était à deux doigts de craquer. « tu parles en connaissance de cause, t'appelles ça un coup-de-poing ? » rire qui franchit la barrière de tes lippes, que tu ne cherches même pas à retenir. parce que tu sais très bien que s’il dit ça, c’est parce qu’il n’a pas vu sa tronche. le sang qui dégouline le long de son visage, qui laisse déjà présager une fracture.  ouais non, c’est pas beau à voir. quoi que toi, tu le préfères presque comme ça. remarque que tu ne relèves donc même pas. te montrant complètement indifférent. mais c’est justement le truc. tu ne l’es pas, indifférent. non, t’as encore envie de le taper. de lui défoncer sa jolie petite gueule bien comme il faut. Seulement, t’aurais voulu qu’il te frappe en premier. Qu’il te donne une bonne raison de riposter. Mais ce n’est pas ça qui semble être près d’arriver. « trêve de paroles grayson, marre d'entendre ta voix de con. » pourtant toi, t’attends que ça. de la fermer, qu’il se la ferme aussi. qu’il te frappe. Mais il ne fait que te regarder. Alors toi, tu fais un pas vers l’avant. L’impulsivité qui te guette, tu agrippes le col de son t-shirt, tu le pousses contre le mur. Avant de laisser ton poing s’abattre sur sa petite gueule de con. Tes phalanges qui te lancent, pourtant tu ne t’arrêtes pas toi. Enfin pas avant qu’on te prenne par le col et qu’on te force à lâcher prise. Le proprio qui te crie qu’il ne veut pas de ça dans son bar. Toi qui ne dit rien pour l’instant, qui n’écoute même pas ce qu’on te dit. Non, t’as simplement le regard rivé sur Langford. Ton regard qui le foudroie. Alors qu’on te montre, presque gentiment, la sortir. Puis toi, alors qu’on te pousse à quitter les lieux, tu finis par gueuler « On a pas fini, Langford ! »

_________________


≈ some nights i talk to myself, i said the words that i could say to no one else. and some nights i talk in my sleep, i said the words i never said when you were with me.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hell of a night // gabriel   

Revenir en haut Aller en bas
 
hell of a night // gabriel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» Gabriel Soap, [validée]
» 05. What the hell are you waiting for.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
purple haze :: harvey, illinois :: i'm gonna pop some tags-
Sauter vers: