AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 blessures à vifs - (pv. lolita)

Aller en bas 
AuteurMessage


fifth ward


Maddie Bishop


in town since : 10/10/2018
posts : 427
years old : vingt-huit ans.
❀ chained to the rhythm
blessures à vifs - (pv. lolita) Empty
MessageSujet: blessures à vifs - (pv. lolita)   blessures à vifs - (pv. lolita) EmptyDim 2 Déc - 13:14



@lolita grayson & maddie Bishop
blessures à vifs.

Je travaillais ce soir-là pour l’association dans laquelle je suis désormais depuis quelques temps. Gratuitement, donnant de mon temps, j’appréciais ces moments où je pouvais aider comme je pouvais des femmes dans le besoin. Je n’avais jamais vécu la violence dans un couple, mais je l’avais trop vu de mes propres yeux pour ne rien faire, pour ne rien dire. J’en avais marre de me taire quand je pouvais enfin faire quelque chose dans ce monde de brut. Un véritable monde brut. C’était assez facile de travailler, l’association se trouvait non loin de l’hôpital je pouvais jongler entre mes gardes à l’hôpital et venir à l’association donner un coup de main. rien ne laissait croire que cet endroit était un refuge pour les femmes, elles s’y sentaient en sécurité, tout était fait pour les mettre à l’aise, après tout souvent elle fuyait un homme, un compagnon, un mari trop violent. J’étais encore en état de choc de voir combien le système mettait trop de temps à régler ce genre de problème, ça me mettait hors de moi, trop souvent. C’était une soirée assez calme, j’étais en train de potasser un lourd bouquin pour le boulot quand j’entendis du bruit. Rien d’alarmant en soit, juste une jeune femme qui poussait les portes de l’endroit. Ca ne devrait pas être habituel, mais c’était le cas, et je détestais prendre conscience de cela, trop souvent les femmes se faisaient battre trop souvent c’était rageant de constater combien c’était facile pour eux de battre une femme, parce qu’elle portait du rouge à lèvres ou n’était pas docile. Je m’approchais d’elle, sans jugement, sans rien qui pourrait la mettre mal à l’aise me contentant juste de lui sourire chaleureusement. bonsoir, vous cherchez quelque chose ? Je ne l’avais jamais vu auparavant et j’étais curieuse de savoir quelle était sa démarche en venant jusqu’ici.



code by mrs.chaplin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


third ward


Lolita Grayson


in town since : 08/10/2018
posts : 246
years old : ((vingt années)) mi-femme mi-enfant, femme fatale et fille de joie.
❀ chained to the rhythm
blessures à vifs - (pv. lolita) Empty
MessageSujet: Re: blessures à vifs - (pv. lolita)   blessures à vifs - (pv. lolita) EmptySam 22 Déc - 13:14





blessures à vifs » maddita

Pourquoi avait-elle décidé de demander de l'aide cette fois-ci ? Jamais, ô grand jamais l'idée ne lui avait traversé l'esprit qu'elle pouvait parler de ce qui lui arrivait. Mettre des mots sur ses blessures  trop douloureuses. Du moins essayer, car la souffrance que lui causaient ces marques sur le corps étaient indicibles. La première étape fut la prise de conscience. On la battait. C'était un fait. Même si au petit matin, plus rien n'était aussi net, les ecchymoses sur sa peau parlaient plus que son esprit. Elle ne pouvait plus se duper, tromper son cerveau, nier. Non. Elle détestait l'appellation mais elle faisait partie des ''femmes battues''. Celles dont l'existence était vouée à l'enfer par des diables sans scrupules, aux pulsions violentes et sanguinaires. Lolita se croyait puissante, inatteignable. Il fallait croire qu'elle ne l'était pas. La première étape fut donc la plus douloureuse. Peut-être même plus que ces poings qui la martelaient. Se découvrir, ça fait mal. Les désillusions encore plus.

La deuxième étape était plus concrète ; trouver quelqu'un à qui en parler, quelqu'un qui pourrait l'aider. La honte plombait sa langue, embrumait son esprit. Elle ne pouvait accepter de raconter cela à quelqu'un de sa connaissance. Elle ne pouvait envisager de voir son image de femme fatale se détériorer. Ah ça, jamais. Ce vernis qu'elle avait passé des années à poser de manière intacte pour qu'il luise en toutes circonstances... elle ne pouvait se permettre de s'auto-saboter, de gâcher elle même tous ses efforts. Une petite recherche sur internet lui permit de trouver le lieu adéquat ; une petite association pour femmes battues, on saurait certainement lui venir en aide là-bas. Sur le chemin, elle se retint plusieurs fois de faire demi-tour. A quoi bon ? Les choses vont rester comme elles sont, rien ni personne ne peut le retenir, parce que toi-même t'es pas capable de mettre de la distance entre vous. Perdue dans ses pensées, elle manqua de marcher sur de la gomme. Beurk. Regarde où tu marches imbécile. T'es vraiment minable.

Les portes de l'enseigne lui criaient de repartir mais elle les poussa et jamais dans sa vie elle n'avait ressenti un sentiment de fierté aussi puissant. La fierté pure, celle de surmonter sa peur. Une jeune femme vint l'accueillir, un sourire chaleureux, tout chez elle indiquait une bienveillance sans limite. Face à elle, la faiblesse la fit tressaillir. Ses yeux secs depuis trop longtemps s'embuèrent. Mais elle se ressaisit, croisant les bras dans son gros manteau en fourrure. ''Bonsoir.'' Fermes-la, dis que tu t'es trompée et repars. Personne ne peut rien faire pour toi, t'es faite pour être molestée. Maintenant arrête de faire la gamine et reprends toi. ''J'aurais besoin d'aide.'' La voix tressaillante, celle d'une femme qui ne s'accorde pas le droit d'être faible. Une voix qui formule pour la toute première fois ces mots. Il ne faut pas sous-estimer leurs poids, elle se sentait déjà libérée.

(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fifth ward


Maddie Bishop


in town since : 10/10/2018
posts : 427
years old : vingt-huit ans.
❀ chained to the rhythm
blessures à vifs - (pv. lolita) Empty
MessageSujet: Re: blessures à vifs - (pv. lolita)   blessures à vifs - (pv. lolita) EmptyDim 30 Déc - 11:54



lolita grayson & maddie Bishop
blessures à vifs.

Je ne voulais pas juger, je ne voulais pas mettre des mots sur ce que je voyais tous les jours, pourtant c’était une réalité. Une réalité bien mauvaise de toute manière, qui rendait ce monde encore plus sombre à mes yeux. Je ne savais pas comment gérer tout cela au fond je n’avais pas les réponses à mes questions, juste… Je savais parfaitement que je devais être là, à ce moment donné. Qu’à mon faible niveau je pouvais aider les femmes, qu’elles avaient besoin de l’être et que finalement rien, ni personne ne pouvait changer cela. J’avais l'espoir que le monde dans lequel nous étions était parfait, assez parfait pour vivre de cette manière. Je cherchais du réconfort dans cela, surtout quand je voyais combien le monde pouvait être cruel, absolument cruel avec tout le monde, en particulier les femmes. Elle était là, cette jeune femme, perdue et en même temps cette étrange lueur dans le regard. C'était le genre de choses que je pouvais ressentir. La détresse et la peur mais surtout la certitude de ne pas être au bon endroit, alors que oui, elle l'était, qu'on était là pour l'aider. Je ne voulais pas la bousculer de peur qu'elle ne vienne à avoir peur à son tour. Je ne veux pas qu'elle me glisse entre les doigts, qu'elle décide de partir parce qu'elles font cela, dans les pires moments de leurs vies, elles préfèrent s'enfuir et se dire que c'était mérité. Aucune femme, non aucune femme ne mérite d'être frappée à sang, jamais. Jamais. Je m'approche d'elle, essayant comme je peux d'être la plus douce possible même si j'ai l'impression que ce n'est pas aussi simple que cela. Je le fais quand même. Je tente.. J'essaye. Bien sur... Je n'ose même pas la toucher, j'ai trop peur de lui faire du mal alors je m'approche et je lui montre un endroit plus tranquille, un peu plus chaleureux, où elle pourrait se sentir bien même si ce n'est clairement pas facile de se sentir dans cet état là dans le coin. Je me mordille légèrement la lèvre avant d'ajouter. Vous désirez boire quelque chose ? Café ? Thé ? On a tout ce qu'il faut. Rien de mieux puis, je ne sais jamais comment aborder les choses, la plupart du temps je laisse les personnes venir à moi, sans les déranger, sans me soucier, en faite, elles doivent parler, car sinon c'est compliqué. A mes yeux en tous les cas. Je finis de sourire, attendant simplement sa réponse. C'est la première fois ? Je parlais d'elle, de ce moment, de cette soirée, de sa venue ici, de tout en même temps et rien c'était important important pour elle... pour moi afin de comprendre...



code by mrs.chaplin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


third ward


Lolita Grayson


in town since : 08/10/2018
posts : 246
years old : ((vingt années)) mi-femme mi-enfant, femme fatale et fille de joie.
❀ chained to the rhythm
blessures à vifs - (pv. lolita) Empty
MessageSujet: Re: blessures à vifs - (pv. lolita)   blessures à vifs - (pv. lolita) EmptyMer 30 Jan - 12:51





blessures à vifs » maddita
@maddie bishop

Cette femme en face d'elle pouvait constituer sa salvation. Plutôt dur à concevoir, quand les yeux en amandes pleins de rage de Kyo se redessinent sur ses paupières. Il lui fait peur, lui glace le sang. Ai-je raison ? Est-ce la bonne chose à faire ? Tant de questions guidées par ces douleurs continues. Au fond, Lolita sait que c'est vain, parce qu'elle a Kyo dans le sang. C'est sa famille, son foyer. Et même si la peur lui tord les entrailles, ses pas l'ont menés là par la colère qu'elle éprouve à son égard. Les disputes, les coups,... ce n'est que la routine, jamais elle ne songeait à demander de l'aide. Au fond, ce qu'elle fait là, c'est pour le heurter, lui. Lui qui est si intouchable, lui qui peut la faire taire d'un coup d’œil, la faire hurler d'un coup de rein. Tu sais que c'est inutile, alors pourquoi persistes-tu ? Elle est d'avis que cette femme en face d'elle peut faire mal à Kyo. Elle dispose peut-être de ce pouvoir. Ce qui manque à lolita. Oui, au fond, ce n'est que par esprit de vengeance. Parce que ça te plaît, hein quand il lève la main sur toi ? Vous le savez tous deux. À la fois fière, à la fois peureuse ; une proie facile. Dans ce petit salon, qui ressemble plus à une salle d'attente, elle accepte un thé. Ce n'est pas le genre de boisson qui peut l'aider, mais la courtoisie l'emporte.

Les yeux rivés sur la tasse qu'elle serre entre ces paumes jointes, elle se maudit. Maudit de se faire frapper, maudit d'être venue jusque là, maudit Kyo. Elle se lamente, déteste cette hésitation ; veut-elle vraiment se sauver de lui, ou veut-elle le contrarier ? Veut-elle réellement quitter l'enfer ? Est-ce même entre ces mains, que ce choix ? Pas aussi concret que la tasse qui l'est à cet instant, ça c'est sûr. Ses paradoxes la tueront. Ce n'est qu'après un long silence qu'elle se décide à parler, pleine de hargne, comme si elle s'en prenait à la femme à ses côtés. ''Si vous parlez de ma venue ici, oui, c'est bien la première et dernière fois.'' aucun bruit, si ce n'est le léger grésillement de l'ampoule dans le lustre rond. ''Vous savez quoi ? Merci pour le thé, mais je m'en vais.'' La peur l'emporte sur la colère. L'amour de Kyo l'emporte sur sa colère. Elle se heurte, se ferme au monde, s'empare de son sac, prête à quitter l'établissement.

(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fifth ward


Maddie Bishop


in town since : 10/10/2018
posts : 427
years old : vingt-huit ans.
❀ chained to the rhythm
blessures à vifs - (pv. lolita) Empty
MessageSujet: Re: blessures à vifs - (pv. lolita)   blessures à vifs - (pv. lolita) EmptyDim 17 Fév - 12:30



@lolita grayson & maddie Bishop
blessures à vifs.

Je ne savais pas si c’était une bonne manière de faire, mais parfois ça aidait. Aidait d’être juste là pour écouter une personne. Pour moi en tous les cas c’était important d’être à son écoute, essaye de comprendre ce qui l’avait poussé à être ici. Il y avait forcément une raison et j’osais espérer qu’elle puisse en parler, qu’elle y arriver. Le but était tout de même de l’aider et je savais à force et avec du temps, que ce n’était jamais bien facile tout cela. Jamais facile tout court. Je soupirais légèrement cherchant un bon moyen de ne pas la brusquer. Lui servir du thé par exemple, m’en prendre un pour montrer que je ne suis pas du tout son ennemi dans cette affaire, que je peut être une oreille attentive, quelqu’un pour elle. J’espérais en tous les cas, qu’elle me voyait de la sorte. Je ne sais pas quoi faire non plus, parfois je me sens tellement impuissante. Je ne connais rien des souffrances qu’elles vivent au quotidien, je ne connais rien de leurs vies, de l’attachement à ses personnes qui se montrent violente envers elle. J’imagine qu’elles ne se sentent plus dignes de quoique ce soit, et c’est douloureux d’en arriver là, je m’en rends bien compte. Je voudrais pouvoir les aider du mieux que je peux et j’essaye. J’essaye réellement. Je soupire un peu, parce que je ne sais pas quoi faire, je me sens impuissante. Elle finit par rompre le silence qui s’était installée entre nous, et je le sens déjà… elle m’échappe. Le ton, la mine sur son visage, cette façon de repousser. Merde. Merde. J’aurai du me taire… Je roule des yeux avant de m’approcher d’elle, je ne veux pas la mettre mal à l’aise, l’effrayer mais je ne sais pas comme toujours il y a cette petite voix qui me pousse à le faire. Si je ne le fais pas, elle risque de partir et ne plus revenir. Pire sa vie peut en dépendre et ça je refuse de l’imaginer encore en danger. Même si je ne la connais pas. Je fais un mouvement de la tête. attendez… Je cherche, je cherche les mots, vraiment… c’est plus compliquée à dire, qu’à faire… Je ne suis pas magique, je n’ai pas de baguette magique, cachée dans ma poche, rien de tout cela. Rien est pressée. Ca peut-être la dernière fois que vous venez, mais on pourrait finir le thé, et je vous raconterai ma vie, personnelle palpitante… Okay pas la bonne solution mais si je peux créer un peu de curiosité de sa part, je suis preneuse à 100% Et elle est passionnante, croyez-moi. Digne d’une série B. Je souriais essayant d’être convaincante.



code by mrs.chaplin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


third ward


Lolita Grayson


in town since : 08/10/2018
posts : 246
years old : ((vingt années)) mi-femme mi-enfant, femme fatale et fille de joie.
❀ chained to the rhythm
blessures à vifs - (pv. lolita) Empty
MessageSujet: Re: blessures à vifs - (pv. lolita)   blessures à vifs - (pv. lolita) EmptyVen 22 Mar - 19:10





blessures à vifs » maddita
@maddie bishop

à quel point est-ce que la vie de cette femme pouvait bien être palpitante ? travailler dans ce genre d'endroit, pour aider ce genre de victimes dont elle fait partie. elle est jolie, certes, elle a dans ses traits l'expression de la joie et de la jouvence ; un soleil rayonnant. mais elle a l'air si coupée, si lointaine de la vie qu'elle mène, entre night-clubs et hôtels privés. la vie de l'étrangère a cette impression de perfection. exact.
parfaite, oui.
palpitante, bof.

elle doute réellement des dires de cette femme qui lui provoquent un silence. lourd de plomb. la vacuité des mots. lourd d'absence. si opposées comme le jour et la nuit; lolita voit en elle tout ce qu'elle n'est pas. tout ce qu'elle n'a pas, dans les iris de cette femme ; entre autres la tranquillité d'esprit, la paix, et surtout,
elle y voit
le courroux
de kyo.


son regard sévère lui retire l'envie de passer du temps avec cette femme. c'est comme s'il savait tout, comme s'il était en elle, dans un coin de son âme. sûre de ne pas vouloir écouter cette inconnue lui raconter à quel point sa vie est rangée, dans l'ordre, comme son placard dans son petit appartement en zone pavillonnée. elle est sûre que c'est bien rangé, ses petites culottes colorées ; et en quelques secondes elle lui crée un personnage, fictif ou non. lui imagine une vie. inaccessible pour la fille de joie qu'elle est. et la vérité, c'est qu'elle n'est même pas sûre de l'envier. elle se plaît dans son bordel qui sent la femme et l'homme en sueurs mélangés.

"non. je ne veux pas vous écouter", frigorifique, terrifiée. "dites moi juste ce que vous pouvez entamer contre lui. concrètement. comment pouvez-vous l'atteindre ?" les seules questions qu'ils fallait poser ; leurs réponses seraient les seuls qui comptent, les seules à écouter. ''je ne peux pas rester plus longtemps. désolée.'' il fallait qu'elle comprenne ; le danger, l'estomac qui se tord, la peur ; même si tout cela devait lui être inconnu. elle devait accepter. les yeux de kyo. quelle chimère. si hypnotisants qu'ils la contrôlent comme un vulgaire pantin sans fils. presque tremblante, elle dépose la tasse à moitié vide sur la table basse et manque de la renverser. "merci pour le thé..." pas d'état normal chez lolita, jamais. toujours aliénée, dans sa bulle qui risque d'éclater, son monde qui menace de s'écrouler. si fragile et si fauve à la fois. s'en aller avant de tout déballer et de se trancher la gorge sois-même. pas sûre de recontacter cette femme, pas sûre de se sentir mieux. finalement, elle n'est même plus sûre de lui en vouloir, à lui.
alors à quoi bon d'insister ?

elle tourne les talons, et dans un ultime roulement de hanche retrouve son attitude de catin pour laisser cette femme prête à l'aider et à la vie digne d'une série B, seule, avec son impuissance.
l'impuissance des bons,
des purs,
des rescapés.

(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



❀ chained to the rhythm
blessures à vifs - (pv. lolita) Empty
MessageSujet: Re: blessures à vifs - (pv. lolita)   blessures à vifs - (pv. lolita) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
blessures à vifs - (pv. lolita)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tant de blessures à panser…
» Allô les Parlementaires !
» "Blessure de guerre" (pv Calixte Telenna)
» Un chauffeur de Taxi Montréalais accusé
» un abricot pour soigner les blessures....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
purple haze :: harvey, illinois :: to be on the edge of breaking down-
Sauter vers: