AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On joue carte sur table ( Ben-Kal)

Aller en bas 
AuteurMessage


first ward


avatar


in town since : 15/09/2018
posts : 45
years old : 22
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: On joue carte sur table ( Ben-Kal)    Sam 3 Nov - 19:39



Il a toujours aimé les rentrées. Revoir les visages connus, en rencontrer des nouveaux, il a toujours été relativement sociable, bien que ces nouvelles rencontres ne dépassassent jamais vraiment le stade de connaissance. Pour lui il n’y a toujours eu que Gloria dans sa vie. Et puis tout a basculé, il a merdé, elle a merdé. Tout le monde se rejette la faute sans vraiment oser se confronter. Il espère pouvoir récupérer son amitié mais il est sûr de rien. Des mois qu’ils n’ont pas eu une véritable conversation. Son cœur brisé il a bien cru pouvoir le réparer. Il a rencontré cet homme, si impressionnant, si charismatique. Il a été subjugué par sa personnalité, son talent et le respect que tout le monde lui porte. Il ne pensait pas que ce réalisateur allait le remarquer, et pourtant. Il l’a aidé, c’est lui qui est venu le chercher, ils se sont rapprochés.  Trop vite, trop fort, trop tout simplement. Kaleb se sentait pousser des ailes. Pour une fois on le remarquait pour ce qu’il était vraiment. Il a changé pour lui. Il a voulu être à la hauteur. Il pensait pouvoir y arriver, être suffisant pour ce type qu’il estime trop bien pour lui. Il s’en contre fou de l’écart d’âge, il aime les gens pleinement, peut importe les différences. Et il pensait avoir réussi, il pensait être à la hauteur, que pour une fois quelqu’un l’aimait vraiment, que pour une fois on ne se jouait pas de lui. Mais berné d’illusion, son château de carte, si habilement construit, s’est effronté à cause d’un simple souffle. Il pensait avoir trouvé sa place. Il était bien intégré dans le monde du cinéma, qu’il découvre petit à petit. Il se sentait bien dans les bras de cet homme. Mais ses caresses et ses baisers ne laissent plus qu’un gout amer sur sa peau. Utilisé, manipulé… il a l’impression de n’avoir été qu’un jouet. Pour celui qu’il admire, des petits gars comme lui n’y en a pas qu’un. Pas de promesse, pas de mot mis sur cette relation, il espérait sans rien oser demander. Il aurait peut-être pu passer au-dessus, essayer de lui faire voir qu’il pouvait être le seul et l’unique, mais son désenchantement dépasse leur relation. Le roi qui avait son cœur perd toute sa valeur. Pastiche, il a usé tous ses jokers. Au final, Kaleb n’a jamais eu les cartes en main. Mais il a réussi à placer un atout dans sa manche. Il a découvert son secret et ça la encore plus brisé. Entre tristesse et colère, il ne sait plus où donner de la tête. Il a pris ses distances pendant la pause du tournage. Il ne lui donne plus de nouvelle et ne lui répond plus. Il aurait bien aimé rester dans cette bulle de verre, isolé du monde, mais il n’a pas le choix et doit revenir sur le plateau. Alors oui, les rentrées, les reprises lui ont toujours plus, mais celle si, il s’en serait bien passé. Il est arrivé juste à l’heure, pas en avance comme il en avait l’habitude, juste pour être certain de pas le croiser. Mais il a dû l’écouter parler, toute la journée, donner ses directives, guider tout ce petit monde. Il s’est senti étouffer par sa rage. Tout le monde a bien remarqué qu’il était tendu, lui d’habitude si souriant. Pour une fois en jouant certaine scène, il n’a pas eu à feindre la colère. Il a même dû recommencer plusieurs fois parce qu’il jouait trop bien le jeu. Regard noir, trait tendu, il n’a pas décroché un mot, il a mangé seul le midi, s’est isolé à chaque pause. Il se remet en question, imagine tous les scénario possibles, le comble, ça l’fait amèrement rire. Ses idées ne sont pas vraiment claires, il n’arrive pas à faire le point, c’est pour ca qu’il l’évite, pas vraiment prêt à le confronter. Alors il a fui toute ses tentatives d’approches, n’a donné son avis sur rien, et a bien tenté de lui faire comprendre qu’il n’avait pas intérêt d’approcher s’il ne voulait pas d’éclat en public. Mais il sait que ça serait mal le connaître et qu’il ne va pas le laisser le fuir avec en sa position de quoi le détruire. Il en est là dans ses réflexions à la fin de la journée de tournage. Il a rapidement rejoint sa loge pour quitter ce lieu au plus vite. Mais à peine a-t-il commencé à se changer que la porte qu’il était certain d’avoir fermé s’ouvre à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


in town since : 31/10/2018
posts : 47
years old : Trente-sept années, déjà, le temps qui lui avait paru si long lors de ses jours de jeunesse, maintenant semblait lui filer entre les doigts. Les rides, il ne les voit pas, trop occupé à compter les billets qu’il a dans la poche.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: On joue carte sur table ( Ben-Kal)    Jeu 8 Nov - 17:23



Carte Sur Table


Les journées sont mon-automnes. Toujours là, entre les couleurs criardes de la saison des feuilles mortes et le noir et blanc comme la vieille pellicule de ses vieux films. La nostalgie d’un temps teinté du plus beau mélange. Y’avait eu le ciel dans les yeux, et les orages dans le lit.


Les journées

sont

longues.


Trop longues.


Et il se rappelle qu’il était parti, il se demandait s'il allait revenir. Allait-il le regarder ? Allait-il voir à quel point les feuilles sont tombées, se sont écrasées depuis qu’il n’est plus là. Remplacer les jours d’été passé dans ses bras pour cet état étrange qui le laisse penser, que le temps prend peut-être un peu trop son temps. Car il a peur. Car il ne sait pas. Est-ce que Kaleb a attendu qu’il le retrouve ? Que Ben se sente pousser des ailes et parcourt des distances pour filmer tous les lieux où il a vu son fantôme. Mais celui de l’amour ? Non, la parano. ... Peut-être ?


Les non-dits.
(Comme les je t’aime.)


Mit sur silencieux.


Et aujourd’hui, la vie reprenait son cour. La caméra sur on, le bruit du clap, les moteurs qui tournent et les acteurs en mouvement. La vie était éternelle, juste là, à l’instant même où tout le monde se taisaient pour admirer l’oeuvre prendre vie. Ils arrêtaient de respirer, pour laisser les protagonistes jouer à s’en brûler les cordes vocales. Benedikt, concentres-toi, mais il a beau se parler à lui même, essayer de se remettre dans le droit chemin, y’a toujours son pied qui frappe le sol, et ses yeux qui entrent en collision avec les siens.

Et il se questionne, il se demande, il se blesse de ses faiblesses; est-ce que Kaleb a vendu la mèche ? Il aurait sans doute eu toute les raisons de le faire, mais il voulait croire qu’il ne l’avait pas fait. Il espérait. Mais il la voyait sa colère, il la voyait sa rancœur. Et peut-être l’amour, derrière les pleurs ? Il n’en sait rien. Il voulait savoir, sans savoir. Il aimerait pouvoir lire dans ses pensées, déchirés chaque gestes, comprendre chaque mimiques.


Au final, cette journée, horrible, s’était échappée comme trop de choses dans sa vie. Il n’avait pas vu le temps passé, mais c’est qu’il avait pas regardé sa montre, aiguillé par le blondinet sans doute bien plus touché par cette reprise à l’étrange atmosphère que lui. Avant même qu’il le remarque, Ben ne le voyait plus. Il avait juste les foutues visions, celle de son fantôme qui le persécute alors que son visage reste morne. Assez drôle de se dire que celui qui en avait montrer le moins n’était pourtant pas un acteur né. Mais fallait dire qu’il avait grandi dans un monde où il fallait mieux tout garder pour soi.


Cependant, ça n’a pas empêcher le scénariste et réalisateur de venir chercher les embrouilles, ou non, plutôt des réponses. Mais il savait bien comment faire, hein, mais c’est trop tard maintenant. Kaleb, il le connaissait le petit manège, il pouvait toujours essayer hein, de tenter de le remettre dans son lit, de lui laisser croire qu’il a les chaînes à ses poignets. Il n’y croyait pas. Pourtant, il était bien prisonnier. Mais désolé Kaleb, pas de toi, seulement de lui. Tu sais qui. Peut-être pas Voldemort, quoique, Ben le craint sans doute autant. Il a poussé la porte, sans un bruit, à croire qu’il voulait le prendre en embuscade. Puis, une fois rentrer dans la loge, il a prit soin de pousser la porte en venant s’y adosser. Il lui faut juste le temps de poser les yeux sur lui, sur son visage doux, sur ses traits vives, à travers le miroir pour prendre enfin la parole :


« Tu ne me croirais pas si je te disais que tu m’as manqué, hein ? »



il suffit qu’il croise les yeux de Kaleb dans le reflet pour détourner le regard. Fallait se douter que ça ne serait pas aussi facile. Revenir comme ça et lui dire que sans lui c’est plus vraiment vivre. Que devrait-il croire, hein ? Il les avait bien vu, lui, ses papiers signés, et pas au nom de Benedikt. Il tente de s’approcher en le regardant, ses doigts s'entremêlent légèrement, pas forcément à l’aise avec le sujet.


« J’aurais juste préféré ne pas avoir à te mêler à tout ça. Pour éviter ça; la déception dans ton regard à mon égard. »


Bien sûr.
Et seulement ?

Pas besoin de répondre à ses questionnements internes.

Ses cauchemars lui en disaient assez. Il n’arrive plus vraiment à ajouter quoique ce soit. Il ne veut pas mettre de mots dessus, il préfère nier.. nier jusqu’au bout. Il se met à sourire, légèrement, lâchant un rire amer et un peu frustré.


Un beau bordel.
(comme quand ils font l'amour.)


« Puis, ce n’est pas comme si je reprenais toute ses idées.. je fais le plus gros du boulot. Tu le vois bien, non ? »


Il s’enfonce n'est-ce pas ? Mais il n’y a plus que ça a faire, non ? Il inspire. Ben s'imaginait peut-être que comme dans les films ça serait facile. Il s'assoit finalement sans chercher à attraper Kaleb. Et il soupire, passant ses mains sur son visage en fronçant les sourcils.


« Je suis désolé, Kaleb. Pour ça, et pour le reste aussi. J’ai jamais pensé à mal tu sais. Tu me connais après tout. »



panic!attack
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
On joue carte sur table ( Ben-Kal)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Cartes sur table", nouveau magasin de jeu de société sur Auxerre
» Qui joue d'un ou de plusieurs instruments...
» Un quartier de Mordheim
» Wrestlemania II : CARTE DU SHOW !
» les debut de ma table de jeu .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
purple haze :: harvey, illinois :: to be on the edge of breaking down-
Sauter vers: