AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ecchymose ft Alec

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


fourth ward


avatar


in town since : 22/10/2018
posts : 105
years old : 24 y.o
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: ecchymose ft Alec   Ven 2 Nov - 14:01

Soutenir et aider.

ecchymose

@alec smith




c'est le temps humide, qui dit de ne pas sortir. c'est les gouttes contre la fenêtre, battant les temps, les secondes. passivement. mélangeant tout dans sa tête: alors, oscar sort. enfile son manteau noir, faucheuse du soir. y a rien de prévu, lui justement ce qu'il apprécie c'est la vie qui le prend au dépourvu. qui sait ce que cette joueuse va daigner lui montrer, qui sait si cette fourbe va bien vouloir l'inspirer. car en ce moment, c'est son opposé qui le hante, l'attire sur la pente descendante. alors, oui, oscar sort. quitte son antre, bête devant finalement partir chasser. chasser ses idées noirs, ou une proie pour y croire? à voir.

accoudé, à regarder les gens. qui crient, qui chantent, qui boivent. ah, les gens! qu'est ce qu'il peut les trouver beau, ces êtres étranges. dans ce bar miteux du coin, le petit boui-boui que tout le monde connaît bien. levant son bras il commande, un truc, comme ça. ses yeux qui se sont arrêtés sur une bière, bien qu'il n'aime pas vraiment ça. n'importe quoi! la solitude lui arrache un sourire, jusqu'à.. c'est quand le serveur insignifiant s'éloigne, qu'ils les voient. pas au détour d'un couloir, pas dans les toilettes enfermés. pas dans cette putain de cour de récré. non, c'est ici, comme ça, qu'il les voit. foutu temps, foutue pluie. pourquoi fallait-il qu'ils l’amènent ici? lui, il voudrait plonger, tête baissée dans la mer. pour fuir les requins, dans les chimères. mais, il est là. sans bouger, sans respirer. qu'ose rien, même pas penser. ça lui fait mal, au visage. comme si de leurs phalanges, y avait encore le marquage. et finalement, alec le regarde. alec, alec, alec. ça se perd dans ses veines, ça secoue son palpitant. oui. ça lui donne envie de vomir.

y a trop d’événements, beaucoup trop. y a leurs rires portés, alec qu'arrête de le regarder. y a l'impression que ce n'est pas la réalité, que les requins n'ont jamais existé en dehors du collège, du lycée. y a leurs remarques dites subtilement assez fort, y a les jugements sur son corps. sur ses jolis amours. ça l'écorche, comme avant. mais, ça l'attise, sans précédent.

il se lève, s'avance. sans hésiter, sans expression. on le croirait dénué de toute intention. tous le regardent, narquois. y a des "quoi", des "qu'est qu'il veut' qui fusent, des regards qui transpercent. pourtant, qu'ils cherchent, cherchent dans mes yeux. voyez la rebellion, voyez! qu'il aimerait leur crier. oscar. est ce que tu as perdu espoir?

-"pourquoi vous faites ça?"

ça les fait rire, lui qui bouge pas. oscar qui finit, finit par poser son regard, dans ses yeux bleus. ceux dont un jour, il a cru être amoureux.

-"hey, tu trouves ça vraiment drôle, espèce de connard? ça te fait vraiment marrer, hein?"





made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 15/10/2018
posts : 166
years old : 25 ans.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Ven 2 Nov - 20:29

y a des visages que j'oublierai pas
y a le tien, gravé dans ma mémoire, gravé dans mon adn
gravé sur le mien
copie-conforme
paraît que j'ai même fini par adopter tes tics

y a des regards qui s'accrochent à moi
ceux des filles que j'embrasse
ceux des mecs qui m'insultent
y a le tien
quelque part entre ailleurs et ici
toujours posé sur moi
lui et son poids

y a la foule qui s'embrase autour des requins
ce bar bondé, ces gars qui s'échauffent
qui se marrent, qui dansent, qui avalent divers alcools mélangés jusqu'à ne plus sentir le froid mordre leur peau
jusqu'à ne plus entendre leurs voix s'élever jusqu'à cacher la musique

y a ce visage du passé
ce regard du passé
ce fantôme
tellement
tellement
passé
que j'arrive plus à le quitter des yeux
il me rappelle ces années que t'as passées à m'engueuler parce que j'faisais trop hurler maman
parce que j'savais pas faire profil bas, qu'il fallait toujours que j'me mette dans un sale coup
un traquenard
un gamin
tabassé

et ses yeux, plus vivants que jamais
et son visage, plus mature, presque intact
cette meuf-là, qui me donne presque la nausée
et les requins sentent chaque blessure
les requins
assoiffés
les requins
suivent
le
sang

(eh, bah alors, toujours pd) (elle est mignonne elle, tu crois qu'elle se souvient de nous ?)
on se marre un peu, tous, un peu comme avant
un peu comme au collège, comme quand on savait pas encore
comme quand t'étais encore là pour m'engueuler
j'suis bien, au milieu d'eux, tu sais,
j'me sens beau, j'me sens vivant
j'me sens fier de pas être ce gamin paumé
ce gamin qui me fixe (ah, elle te reconnaît alec, tu lui fais de l'effet)
ça résonne, dans le bar, le coup d'épaule, les rires gras

et puis les mots s'étouffent, le silence se fait un instant avant que l'ambiance ne s'enflamme de nouveau
le gamin veut s'expliquer
le gamin se rebelle

les requins
et leurs dents acérées

les requins
et leurs rires meurtriers

(elle est pas contente, la pédale ?) (alec, fais gaffe, elle en veut à ton cul)
sa voix, comme pour une première fois, nous stoppe tous
on est comme des cons à regarder ce p'tit tenter un truc
me bouffer le ventre
quand les regards se tournent vers moi
t'sais
j'sens bien que c'est mon moment
qu'on attend après moi
j'suis plus un prince, j'suis le roi de la connerie
le roi des cons
tu m'détesterais, toi et toute ta bienveillance
faut m'comprendre, on m'a pas fait en entier, on m'a fini à la haine, à la peur, à la rage
et faut bien que j'honore ton nom,
pâris,
faut bien que j'sois digne de mon requin-roi

j'ai la mort entre les dents
la mâchoire serrée
j'sais pas pourquoi ma colère a un goût amer
j'sais pas pourquoi j'aurais aimé qu'il reste à sa place
qu'il disparaisse

j'sais pas pourquoi j'ai presque peur quand je m'approche et que je sens que
tel un requin
je
perds
le
contrôle

t'en as pas eu assez ? ça t'a manqué hein ptit pd ? je m'approche
et telle la pluie sur le trottoir
les coups sur son visage
le combat inégal, le gamin perdu d'avance
le cœur qui s'emballe
qui bat sous les coups
avec les coups
l'amour de l'adrénaline
l'amour de la
destruction
plus fort que
tout

j'suis seul face à lui mais on m'entoure
je vois pas grand-chose, le temps de le prendre par le col et que mon poing embrasse sa peau qu'il était déjà sur le sol
les cris, autour de nous, donnent une dimension surréaliste à la scène
et les secondes sont des heures
quand je m'acharne
que je l'insulte
que je le menace

comme avant


le cercle autour de nous se fait plus grand
hormis les cons qui m'accompagnent, plus personne dans le bar n'ose respirer
au milieu du chaos, un siffle perçant
le signal
en moins de trois secondes on est déjà tous dispersés
poissons dans l'océan
derrière nous, la marée
dix secondes plus tard, le vent froid de la nuit claque sur nos joues rougies par l'adrénaline et on s'allume des clopes de victoire en trottinant dans des ruelles marquées par nos tags

le chaos
la morsure
et les rires entre nous
complices de crime
à
per

tui


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 22/10/2018
posts : 105
years old : 24 y.o
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Sam 3 Nov - 20:02

Soutenir et aider.

ecchymose

@alec smith





ça te fait rire hein, ça te fait rire. et pourquoi? oscar se le demande en le regardant, la colère qui fait battre son cœur plus que l'espoir d'un changement. peut-être qu'il attend. les coups, les excuses. qu'on lui rende son amour perdu, qu'on cesse de lui marcher dessus. qu'on le regarde dans les yeux, vraiment. rien qu'un instant. qu'alec lui, lui dise. il les entend, les autres. vaguement. mais, il le regarde que lui. s'en fout, il est prêt. oscar sait. qu'il va se faire frapper, à n'en peut plus pouvoir respirer. les monstres restent inchangés, qu'importe les années. non, ce qu'il veut, c'est le regarder, pendant que les poings vont tomber. jauger son regard, le faire douter, un peu. peut-être. se venger, en étant simplement là: exigeant d'exister. regarde, regarde. essaye de me briser, encore. qui, sait ça me rendra peut-être plus fort.

mais voilà qu'il s'avance, entre dans la foutue danse. oscar qui peut-être perd un peu de sa confiance, mais pas de sa haine, non. qu'il le frappe, le foute à sang. pour attiser de nouveau le feu de la haine qui en lui, à besoin d'être nourri. jamais ne cesser de jouer avec le feu. tant pis, si ça le fait mourir peu à peu. dans le fond, il a cette certitude qu'ils seront deux. sans rien dire, sans rien faire. il recule pas. pas devant sa destinée. pas devant l'objet du dégoût attisé. pas devant alec, l'enfer déguisé.

-"t'en as pas eu assez ? ça t'a manqué hein ptit pd ?"

avant, avant que la ronde ne commence. y a ses lèvres qui s'écartent, et oscar qui lui lance un crachat au visage. de l'huile sur le feu, pas de salive dans l'incendie. crame, crame. deviens cendre. et voilà que ça débute. le sol encore plus dur que ses phalanges. le froid encore plus grisant que la chaleur de ses doigts. la peur au fond du ventre, qui se transforme en douleur sur le visage, sur le corps. pourquoi, pourquoi encore?

ironiquement, comment être plus de l'amour le coup du sort?

ça coule, ça coule. pas de larmes, que du sang. chaud sur sa bouche éraflée, froid dans ses yeux qu'il doit finalement fermer. lui qui voulait que le regarder, le faire regretter. rien, rien. rien sauf peut-être une côte cassé. rien sauf peut-être des ailes qu'alec veut continuellement couper. pourquoi? parce que l'oiseau ose aimer. personne pour le sauver, heureusement. ce serait trop douloureux, de taper de son incapacité à se protéger. est ce qu'il se laisse frapper, pour un peu oublier? non. parce que si il pouvait oscar en est certain: là, il le tuerait, alec. requin sur la surface, cadavre qu'il regarderait voguer. pour l'éternité.

mais l'épave abandonné, c'est lui. celui qu'on laisse, l'air de rien. on se casse, oscar n'est alors qu'un souvenir même plus remémoré, qu'un bout de chair pour se défouler, quand le groupe vient à filer. douloureux, ce bout de chair. personne pour l'aider à se relever non, le propriétaire du bar qui lui demande de s'en aller. sale, sale soirée. son bras endolori attrape difficilement sa bière, la boisson vidée d'un coup avant qu'il ne parte sans payer. personne, personne pour l'engueuler et le faire sortir la monnaie. son dos qui se pose contre le muret, ses yeux humides qui se retiennent. comme lui disait son père, fallait être un homme. un homme ? mais voulait-il être comme les autres, entrer dans ce stéréotype de la brute pour enfin être regardé? la violence la plus pure, oscar ne pouvait que la créer sur le papier.. à alec, il ne voudrait jamais ressembler, jamais. les jambes qui deviennent poussières, son cul qui tombe sur la terre. tête qui tourne, faut se poser, respirer... alec, alec, si je pouvais, oui je te tuerais. pour que tu regrettes, une dernière fois.





made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 15/10/2018
posts : 166
years old : 25 ans.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Lun 5 Nov - 0:04

j'ai le rire lourd ce soir
j'ai les lèvres qui pèsent, qui refusent de s'étirer simplement
de s'éclater sur les nouvelles insultes qui fusent
j'ai les jambes légères et l'esprit accroché au sol
il rape contre le gravier
il se fait démonter, lentement, salement,
par ce bitume enragé

tu résonnes
comme un con
comme un connard
je t'entends encore
deux années plus tard
toi et ta sensibilité
toi et ta sagesse
toi et tes beaux mots
toi et ce secret
toi
et
ma
faiblesse

je crache dans la rue, je crache sur le goudron, je crache le noir de mon cœur, le noir de mon corps
le sang de ses yeux
le sang dans sa bouche
ils se marrent, encore, mais leurs rires cachent pas ta voix
tes conseils
la haine dans ses yeux
le sang dans sa bouche

la rancœur
sur mes
phalanges

l'inquiétude
les
remords

j'ai envie de gerber
de gerber la montagne
de gerber l'explosion
de me vider de cette chimie acerbe qui me brûle l'estomac
sûrement trop de whisky
sûrement -

ouais, j'vous rejoins, un truc à régler
des tapes dans le dos, des promesses de se retrouver
et je file
je disparais
ombre brisée dans la nuit
fantôme courant après les rues
j'remonte la soirée, sans savoir, sans vouloir
sans oser me poser de questions

y a rien

plus rien


plus rien d'autre que
cette chimie
acerbe
qui me brûle l'estomac


sa silhouette se dessine trop vite pour que j'attrape pas la nausée
ça m'attaque, d'un coup, quand
son corps, défoncé, chancelant
quand
l'œuvre de mes propres mains  
se fait nette devant moi
et mes doigts l'imitent
j'me sens trembler aussi
et pas de rage cette fois

pauvre
con

je m'accroupis
j'sais pas
pourquoi
comment
j'suis à côté

j'sais pas s'il m'a reconnu, s'il m'a entendu
vu
senti
j'sais pas
moi j'respire plus
j'ai plus le courage pour ça
pour ce genre de conneries
- vivre, le vivre, le respirer, le connaître -
lui et
lui et mes doigts qui tremblent

et ma voix
(qu'est-ce que tu fous, espèce de con)
eh, gamin, ça va ?

et cette chimie
toujours
acerbe
qui me dévore
lentement
salement
entièrement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 22/10/2018
posts : 105
years old : 24 y.o
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 11 Nov - 14:55

Soutenir et aider.

ecchymose

@alec smith





ça fait mal, ça cogne de partout. y a sa fierté tout amochée, y a son cœur tout déformé. ses passions désordonnées, son envie de hurler. y a le trop plein, l'envie de vomir. y a le vide aussi, l'impression d'être rien. souffrir. dos posé contre le muret, mains qu'osent plus attraper son propre visage. doigts qu'osent même pas entrer en contact avec sa propre peau, par peur de plus se reconnaître. oscar, oscar, voué à être simplement le petit garçon qui en a marre? d'être de ses propres sensations, le trou noir?

-"eh, gamin, ça va ?"

y a les sourcils qui se froncent, le menton qui se relève. des hypothèses qui se bousculent, des doutes qui le rongent. mais surtout, surtout toujours cette colère qui l'inonde. le regard qui croise l'océan, l'allumette, l’ascendant. la gorge qui se serre, au moins autant que le poing. sans savoir si il aurait finalement préféré que l'abruti passe son chemin. à sa hauteur, accroupi. qu'ose marqué de l'inquiétude dans ses traits, qu'ose. alors qu'il n'y a qu'alec pour être responsables des méfaits.

et oscar ne sait pas, ne sait plus. quoi dire, quoi faire. quoi montrer, y a que ce visage paumé et écorché pour répondre à la question, y a que ses yeux qui manquaient y a quelques secondes de se noyer pour vainement le regarder. y a que l'incapacité, encore. à véritablement se démarquer, à prouver que le tonnerre d'antan devait cesser. y a que la pluie qui continue à se déverser. donnant ici et là, sur sa peau légèrement foncée, des teintes de sang délavés.

-"casse toi. casse toi."

c'est le murmure, c'est l'agonie. oscar qui veut pas lui laisser davantage le plaisir de constater les dégâts de son entreprise. oscar qui voudrait être partout, sauf ici. oscar qui se demande, pourquoi, pourquoi lui? oscar qui pose une main sur le sol pour se rapprocher, et l'autre sur l'épaule de l'inopiné pour le faire reculer. qui veut le renvoyer, loin, loin. dans une ville, dans un autre pays. dans une autre galaxie. dans l'époque collégienne bénie, de celle où innocemment il pouvait le regarder. quand alec n'était rien d'autre qu'un sourire dont il s'était entiché. rien d'autre qu'un inconnu qu'il souhaitait secrètement rencontré. rien d'autre que celui avec qui il s'imaginait un jour, discuter. un jour, joli jour. qui aurait mieux fait de ne jamais arrivé, car les mots échangés n'avaient rien de ceux autrefois rêvés. pas d'amourette, pas d'amitié. juste la preuve douloureuse d'être détesté.

-"casse toi je te dis!"

haine aujourd'hui partagée, si ce n'est plus. véritable dégoût, sentiment de cruauté en le voyant respirer. en le voyant s'arrêter aujourd'hui, à ses côtés. maintenant, après trop d'années. y a le sablier que lui même à renverser, alors alec, faudrait que t'arrêtes. que t'arrêtes de déconner. les grains de sable du temps ne le font que plus subtilement attiser sa douleur, alors oscar se relève, lentement. pas prêt à tendre la joue gauche, non. mais le jeune homme ne veut pas, ne veut plus être au sol devant lui. ne veut plus le laisser croire que c'est encore une page de rien qui se tourne.


made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 15/10/2018
posts : 166
years old : 25 ans.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 11 Nov - 22:44

j'ai envie de vomir
j'ai envie de retourner la rue
de retourner harvey
j'ai envie de brûler
de le brûler
lui
eux
tous

tous ceux qui m'ont poussé
tous ceux qui m'ont fait
le détester
le tuer
doucement
tous ceux qui m'ont fait douter
aussi
tous ceux qui m'ont fait revenir
sur mes pas
sur ses traces

et sa gueule
abîmée
méconnaissable
sa gueule
habituée

j'ai pas l'temps pour ces conneries
j'ai pas l'temps de m'arrêter
j'ai pas l'temps de penser
de regretter
de réfléchir
de le regarder

et pourtant
quand j'm'accroupis

à côté
quand j'me penche
et que je respire
son
odeur

tout s'arrête

y a plus rien qui tourne
tu m'croirais pas
y a plus rien qui va
la terre a quitté son orbite
les requins nagent à l'envers
il m'insulte, j'crois, il m'demande de partir
et moi j'bouge pas

immobile
j'écoute sa voix cassée, j'écoute sa voix rebelle
enfin
son sursaut
sa respiration

c'est en plein dans mon ventre qu'il reprend vie
c'est en plein dans mes entrailles, là, entre deux côtes
c'est pas normal, putain, j'te jure, c'est pas légal
de me défoncer - de vivre - fort - comme ça

il respire, si fort, il respire, et c'est comme si, là,
accroupi,
en silence,
comme si,
j'avais le droit

de le toucher, de lui demander pardon, de m'inquiéter, de le surveiller, de l'écouter, de lui parler, de regretter

il m'pousse, presque fort, de ses bras tremblants
presque aussi tremblants que mes doigts
que mon cœur
et ma nausée

il m'pousse et finit par se lever
j'comprends, tu sais, je crois
j'suis comme un monstre qui joue avec les miettes de sa dernière victime
comme un cauchemar qui rouvre l'esprit de sa proie et qui cherche un peu de rêve restant
alors j'bouge pas, pas encore,
j'suis accroupi comme un con et mes yeux
sur lui
et mes yeux
le lâchent pas
j'ai envie de vomir
tu sais
de vomir comme il est beau
de vomir comme
il
me
plaît

(silence)


oscar ?

c'est pas moi

ma tête dans le creux de mes mains


c'est pas

moi

lui


non

ça va ?

je frotte mon crâne comme si ça pouvait me réveiller

3
2
1

alec

reviens

putain

ça me prend une seconde
c'est comme ça
comme une traînée de cocaïne
comme l'impact d'une balle
c'est instantané
j'me reprends

droit comme un piquet, un peu éloigné
j'me marre presque
de me revoir
de me repenser
une clope s'allume entre mes lèvres
elle a le goût de l'inachevé
le goût du doute
celui
si habituel
celui
du déni

la distance entre nous est jamais assez grande
j'ai l'impression qu'il est collé à moi
que ces mètres suffisent pas
j'ai l'impression de respirer son image
que je l'avale à chaque fois
j'ai envie de lui hurler de dégager, à mon tour
j'ai envie qu'il soit transparent
qu'il me rappelle pas
ces mots que tu me disais
ces paroles que seul toi avais
quand tu me murmurais de m'accepter
et d'accepter l'amour en moi

j'ai envie de vomir
j'ai envie qu'il disparaisse
j'ai envie de m'arracher le cœur bataille
j'ai envie de mordre
lui
eux
tous

j'm'étouffe avec la nicotine
je rage
j'ai envie qu'il me dise que tout va bien
j'ai envie qu'il me dise qu'il a tout oublié
qu'on se connait plus
qu'on se rencontre
j'ai envie de lui dire "alec, enchanté"
j'me dégoûte
j'm'étouffe
avec
ma
rage
et je crache sur le goudron dégueulasse d'un Harvey dépassé
c'était con de revenir
j'me marre
je crois

j'm'écarte
j'ai compris, j'me casse

j'sais pas
comment on fait
comment on dit
pardon
ces mots-là

mes yeux se cognent aux siens et putain
putain
c'est tout mon ventre qui se tord
c'est tout mon corps qui le souffre
j'ai jamais - jamais - détesté - quelqu'un comme ça

mes yeux se cognent aux siens et putain
putain
j'aimerais effacer
pour la première fois
tout le mal que j'ai fait
tout le mal pour lequel tu m'as toujours blâmé
j'te déteste d'avoir eu raison, tout le long
j'te déteste de pas l'avoir mieux protégé
de pas m'avoir mieux engueulé

j'ai les yeux rouges et les phalanges blanches
la gueule de travers, le corps un peu faible
et mon mégot s'écrase dans le caniveau
j'devrais m'excuser
pour ce soir
pour hier
pour tous les autres soirs
tous les autres jours

et tout le sang

et tout son sang

prends soin de toi, oscar

j'me souris en le regardant
j'me souris à moi plus qu'à lui
parce qu'à lui
tu sais
j'oserais pas

je souffle
les écoute pas

comme tu me soufflais

tout
le
temps

et
bon
vent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 22/10/2018
posts : 105
years old : 24 y.o
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 25 Nov - 11:38

Soutenir et aider.

ecchymose

@alec smith





debout, debout. à surplomber celui qu'il a repoussé, celui qui à tant frappé. ça fait mal, comme il a l'air de rien, alec. ça fait mal, de voir qu'il revient, alec. il voudrait pouvoir le tuer, pouvoir oser. faire en sorte de ne jamais revoir sa petite gueule éhontée, de pouvoir le cogner pour à jamais la changer. qu'elle n'ai plus cet air de je ne sais quoi, cet air de passion morte en soi. qu'il arrête de le regarder. pitié. ça ne lui donne que davantage, envie de tout arrêter. ou, de tout recommencer? aucune idée. y a juste la haine pour le réconforter, y a que la colère pour l'embraser.

à défaut, de ses yeux.

-"oscar ?"

dis le encore. dis le plus fort. que dans les cauchemars entêtants, se trouve à jamais cette douce voix. rythme enlaçant. oscar, il sait. sait plus qu'il n'en dit. en voir, plus qu'il n'en croit. et ça lui fait d'autant plus mal, de sentir tout ça. il veut s'en convaincre, plus fort. meurs devant moi. car celui qui a dit que ce qui ne tue pas rend plus fort, je crois qu'il a tort.

-"ça va ?"

le cœur qui s’émiette, le monstre qui se sert. doit se rassasier de sa peine, de sa douleur et sa rancœur. festin, de coups et blessures. ça s'effiloche dans sa tête, ça le rend fou. fou de lui. démente folie. alors, oscar il rit. un peu, beaucoup. à s'en étouffer. jamais, jamais autant on ne l'a autant entendu rigoler. au mois, ça l'empêche de pleurer.

-"putain"

finalement, il bouge. s'active. la machine qui reprend son mécanisme. sa logique. fin de la torpeur, fin de l'incompréhension. le silence qui les caresse, lentement. tous les deux. qui le murmure que non, ça n'ira jamais mieux. oscar est habitué, même malgré les années passées. à le regarder, farouche. à le regarder, fait mouche. voudrait que ça le mitraille, que ça lui bouleverse le palpitant. terriblement.

-"c'était con de revenir.. j'ai compris, j'me casse."

alec, la page blanche.
trop chiffonnée
pour pouvoir encore
y dessiner.
qu'entre ses doigts désabusés
il a tant

déchiré
embrassé
décalqué
inhalé
détesté

-"prends soin de toi, oscar"

pas déjà.

quoi?

-"les écoute pas."

comment le pourrait-il, alors
qu'il ne voit que toi?

oscar regarde son dos, son fichu dos. imagine son sourire, son fichu sourire. et alors, que sa silhouette ne semble plus qu'être ombre obsédante, voilà qu'il se met à courir. sans comprendre, sans savoir. veut oublier, déjà, les au revoir. veut lui faire goûter le goût du sang, le goût du sol. veut lui faire craquer ses os, pétard abominable. veut voir ses yeux trop bons, trop beaux. veut gâcher son visage, comme une palette désordonnée. veut lui faire goûter,
à l'humanité.

se prend peut-être pour ce qu'il n'est pas: autour d'alec, soudain, se trouve ses bras. l'enserrent, le prennent. le plaquent. en étant certain que dans cette surprise, dans cet adrénaline, y en avait pas qu'un seul des cœurs qui bat. boum, boum, boum. maladroite, voici:

l'avalanche de coups. où chaque coup de poing, est un point de suspension...
à leur relation.

-"t'es qu'un connard! le pire, des connards! alors pourquoi, pourquoi tu fais ça?!"

continue de frapper, s’essouffle. redonne moi de l'air, alec.
redonne moi
de l'air.


made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 15/10/2018
posts : 166
years old : 25 ans.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 25 Nov - 21:33

j'sais pas ce qu'il a compris
moi
j'suis à la ramasse
j'cherche même plus
le vent fouette mes joues et mes mains et tout mon corps et
rien
me réveille

j'suis comme dans le coma
quelque chose m'a éteint
quelque chose s'est éteint
j'suis si con, putain, tu l'sais toi
quel con je fais
personne ne peut me suivre
j'ai pas l'temps
j'vais trop vite pour le monde
j'vais trop vite pour eux
j'ai pas l'temps
et j'me casse, ça c'est la seule chose de sûre
j'marche
loin

loin

de lui
de ce gamin

d'oscar

putain

*

ça m'prend d'un coup, comme on tombe amoureux
mais là c'est le sol pour qui m'embrasse
deux secondes et j'suis à terre
couché
face contre ciel
face contre lui
deux secondes et j'suis
pa
ra
ly


et il pleut sur moi
comme il pleut sur le monde
et il pleut sur moi
une cascade de coups mal finis
une rivière de rage et de vengeance
au goût d'une adolescence foutue en l'air

il pleut sur moi et j'bouge pas
comme le dernier des cons
j'reste là
à m'faire redessiner le portrait par ce pantin
par ce gamin
oscar

et le temps
infini
et le temps
incertain

mes mains enfin viennent protéger mon visage
enfin
je respire
enfin
j'oublie son poids sur mon bassin
son corps posé sur le mien
son visage
si près
son souffle
son cœur
qui bat
que j'entends
j'en suis sûr
putain
putain
putain

mes mains attrapent ses poignets
ses muscles en coton peuvent pas grand-chose
la haine brille dans ses yeux
à m'en donner le tournis
à m'en faire perdre
les pensées
dans ses yeux

le poison

mais putain
je gueule, je lui crache les insultes au visage comme il m'a balancé ses poings
dégage
tais-toi
dégage

dégage

je hurle en silence
je prie mais ne le lâche pas
et mes doigts
dans sa peau
qui s'enfoncent
qui me font mal
et mes doigts
dans ses bras
qu'est-ce que tu m'veux ??
mon emprise
mon étau
qui se resserre
encore
comme le con au fond de ma poitrine
qui se serre
encore

dans ses yeux
dans son souffle
dans
sa
respiration

jusqu'au silence
jusqu'à ce qu'il
jusqu'à ce qu'on

mes doigts
relâchent
doucement
soupirent
abandonnent

mes doigts
sur sa peau
sans pression

sans rien d'autre
que nos tremblements

sans rien d'autre
que le poison
dans ses yeux
dans mon cœur
qui s'affole

et le monde
qui
d'un coup
tourne si fort que j'en ai la nausée
tourne si vite que j'aimerais l'arrêter

pour lui
pour nous
pour mon ventre qui se tord
pour le creux béant entre mes côtes
l'angoisse
le vide
le calme
lui
si près
lui
si
lui

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 22/10/2018
posts : 105
years old : 24 y.o
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 16 Déc - 15:40





It feels like there's oceans
Between me and you once again
We hide our emotions
Under the surface and tryin' to pretend
But it feels like there's oceans
Between you and me

à quoi bon, à quoi bon. alors que ses poings heurtent la douce surface de sa peau, chaque coup de cœur se décroche, comme une décapitation. ça a rien de fort, rien de beau. rien de bon. putain de machination. en frappant sa gueule de con, oscar sent rien, rien que le salé de la mer contre son palais, rien que la bile dans sa vie. qu'est ce que c'est laid. c'est le choc que de ne pas être comblé, par cette divine occasion de lui faire payer. peut-être, parce que ce ne sera jamais assez? malgré cette poisseuse chaleur, du sang d'alec contre ses doigts. puis voilà qu'on l'empêche, l'enserre. cataclysme de bleus qu’apparaîtront quand même bientôt, il peut rien y faire, alec. alec, qu'est là,
juste là. alec, qui tremble ça se voit. alec, qui l'obsède, rien que ça. alec, le regretté appel à l'aide. alec, vas-y, explose, fais ça pour moi.

-"mais putain!"

se débattre dans le vide, à croire qu'ils ne font que ça. l'un qui gueule de le lâcher, l'autre qui lui hurle de bouger. pas de mouvement, pourtant. que des regards haineux, que des souffles venteux, que de la poussière d'envie. putain, oui. c'est à en crever, à en étouffer parce que oscar tout ce qu'il croyait vouloir souhaiter pourra pas se réaliser, y a trop de complexité derrière cette volonté de le tuer.

-"qu'est-ce que tu m'veux ??"

-"moi?! ce que je te veux? c'est toi! toi qu'es.."

dommage, y a rien pour s'expliquer, trop de ressentis pour s'exprimer. pas d'air pour respirer. que le silence, errant, pour les accompagner... et maintenant, la prise est relâchée. alec, t'essayes de m'abandonner?

libéré, l'oiseau qu'il est. pourrait fuir, s'envoler. espérer oublier, encore. se confronter, de nouveau. vivre, un peu, pour de faux. mais y a trop de frissons. veut se noyer, encore un peu. à quoi bon respirer, quand l'océan d'aussi près.. tous les remous on peut admirer? qu'ils s'emportent, l'un l'autre. se regardent couler. crever. fort, plus fort que tous les coups partagés. ça l'attire, ce puits bleuté. oscar pourtant, refuse de se laisser tomber.

-"pourquoi tu me fais ça?"

"ça". alec, le faisait si bien. "ça", l’inexplicable. jamais il n'avait haï quelqu'un comme ça. fichu toi. le bras qui se dégage brutalement de la délicate emprise, et qui cogne. cogne. deux fois, le sol. froid. même pas de douleur, y a trop de colère pour la ressentir. même pas de peine, y a trop de peur de ce qui se cache dans sa torpeur. ça se craquelle sur ses phalanges, ça se brise dans sa tête, et ça se glisse sur la joue de l'immortel. oscar qui ne peut plus se défaire de son contact. la vague l'a emporté. bouée à la mer, volontaire.



(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 15/10/2018
posts : 166
years old : 25 ans.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Sam 22 Déc - 11:54

y a plein de trucs
depuis toi
plein de trucs
que je ressens pas

y a plus d'joie
y a plus d'sourires
y a plus d'impatience
y a plus de vie

il reste la douleur
il reste le manque
il reste la haine
il reste la colère

putain

il reste la colère

parce que j'te déteste
parce que j'les déteste
tous
parce que plus rien n'a de sens
parce que tout c'que j'peux faire c'est cracher à leurs visages
leur cracher la terre qui te recouvre
leur cracher le sang qui a coulé
qui ne reviendra pas

tu ne reviendras pas

et avec toi - la raison, l'amour, la joie
et avec toi - ce cœur
ce cœur
putain
qui ne
bat
plus


et puis il est là
ce gamin
ce con
il me surplombe et dans mes veines quelque chose prend feu
ça vient jusque sous mes côtes
c'est un bordel, ça a l'amertume d'un poison
ça me donne envie de hurler
de le briser
ça me donne envie de plus jamais le regarder
parce que dans ses yeux
y a le reste
y a des saveurs que je ne sais pas goûter
y a des lumières que je ne sais pas voir
y a une innocence que je ne saurais pas supporter

et dans sa voix
et dans ses mots

y a quelque chose qui
putain
j'te jure
putain
qui fait se soulever mon palpitant - ce cadavre qui ne palpite plus
vieil organe
qui
reprend
vie

et la nausée dans ma gorge
et le goût du fer sur ma langue

j'deviens fou
j'deviens fou
j'perds la tête, j'perds mon corps, j'perds tout
et mes mains
sur ses bras
et mes mains
sur sa peau

il ne s'en va pas
et moi
comme le dernier des connards
j'bouge pas

et moi
j'suis assommé par les coups dans ma poitrine
j'suis défoncé par le liquide dans mes tempes
comme une première fois
comme une première fois

il m'demande pourquoi et j'crois qu'il comprend pas
qu'il voit pas
qu'j'en sais rien
qu'je sais plus rien
plus rien d'autre
que ce putain de corps
ce corps de tapette
si chaud
sur moi

et son poing sur le sol - et sa violence qui m'fait pas bouger
des secondes encore
perdu
dans la marée de sang qui court dans mes jambes
qui coupe mes bras
qui ouvre
ce
cœur
qui n'est pas à moi
j'le jurerais
j'le cracherais

comme ce sang que je lui crache au visage en le repoussant
putain de déchet
comme ce sang qu'il a fait couler et que je lui rends
j'voudrais gueuler
dégage
fous-moi la paix
me regarde pas
me touche pas
jamais

mais y a plus rien d'autre que mes bras pour parler
les mots des phalanges
c'est ma seule poésie, tu sais
j'ai rien d'autre à offrir
alors j'le fais voler
et j'me barre

enfin

encore

mes pas de travers sur le bitume qui lui ressemble
c'est sur lui que j'marche
c'est sur lui que j'vomis
quand j'me casse
c'est son image
que
je
pends

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 22/10/2018
posts : 105
years old : 24 y.o
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 23 Déc - 9:39





It feels like there's oceans
Between me and you once again
We hide our emotions
Under the surface and tryin' to pretend
But it feels like there's oceans
Between you and me


et ça crache
c'est sale
c'est lui
ça
tâche

oscar se fait repousser, comme le pire des tarés. Le pire, le pire c'est que le garçon n'en est même pas étonné. En regardant celui qui pendant trop longtemps n'a pas bougé. Oui, alec. Pourquoi cette fois ci, atrocement. tu t'es laissé faire. Sans bouger. Sans même
respirer ?

Maintenant l'malade peut que le frapper. Peut-être qu'il croit qu'en le secouant dans tous les sens, ça le fera oublier. Oublier comment alec l'a regardé. Comment leurs deux cœurs par un simple contact, auraient pu imploser ? Comment, comment, comment. Que des questions sans réponses, qui lui foutent plus de torts que tous les coups reçus. Qu'on lui donne la vérité ! Qu'on lui dise, qu'on lui prouve ! Que les drôles de secondes, n'étaient pas simplement imaginées.

Mais déjà, ses yeux hagards n'ont plus personne sur qui se poser
triste cauchemar
pourquoi insister
pour qu'oscar n'est d'autre choix
que de se reveiller ?

Alors il se relève, le téméraire. Il court, un peu. Le souffle court, comme la distance. Car il le sent, encore. Son bassin contre le sien. Son souffle frissonnant. Ses mains sur ses poignets. Son existence, pour la sienne. Sa haine, sa haine si grande... qu'il savait plus si c'était vraiment la sienne. Il le voit encore, l'océan. Qui l'avait emporté dès le premier jour. Qu'il l'avait noyé dès le premier coup. Qui l'avait ramené sur le rivage, par ce silence.

Car alec oui, t'as brûlé de tes yeux sont innocence. T'as tout dégommé de ta brutalité, détruisant même les mots éphémères sur le papier de sa langue. T'as tout détruit, et à cause de toi
il reste
que la vie.

Pourquoi
pourquoi
tu lui a fait ça ?
Tu l'as rendu encore plus
à côté de la plaque
l'oscar
tu l'as rendu encore plus
éperdu de toi
syndrome de Stockholm
syndrome de Peter Pan
syndrome de cœur fou
syndrome d'une volonté
de te tuer, t'aimer, te tuer encore.
Baiser tes cendres
baiser
le feu, l'océan
baiser ton corps
pour te faire mal
à coup de reins
à coup de dents
à coup de peau
car oscar sent bien
que ça te détruira bien mieux
qu'un coup de matraque
un coup
au pieu

et là, il le voit.
Il le rattrape
titubant
gueule de sang
gueule cassée
gueule, sa gueule
ses mains qui le stoppent
ses mains qui cherchent à le retenir
voudrait-il
davantage
souffrir ?

« alec ! Regarde moi, regarde moi putain ! Une fois, juste une fois. Regarde moi ! Regarde, regarde comment je te regarde. Et dis-moi. Dis le moi. Qu'est ce que tu vois ? »





(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 15/10/2018
posts : 166
years old : 25 ans.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 23 Déc - 9:48

il y a son visage qui disparaît
il y a le bruit de ses pas
il y a l'épuisement de son souffle
et
puis
ses
sales
mains
sur moi

j'me retourne
et il y a nos sangs
mélangés
il y a nos haines
mélangées
il y a nos coeurs
et
putain
putain
nos
coeurs
vivants


il y a sa voix

et j'sais pas
j'sais plus
alors j'ose

il y a ses yeux

il y a nos yeux

et
le
silence

une pédale.

et
il
n'y
a
plus
rien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 22/10/2018
posts : 105
years old : 24 y.o
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 23 Déc - 10:16





It feels like there's oceans
Between me and you once again
We hide our emotions
Under the surface and tryin' to pretend
But it feels like there's oceans
Between you and me


«une pédale.»

y a que le silence
pour lécher ses plaies
salés
par les mots
pétés
par leurs airs
cassés

une pédale, voilà donc tout ce qu'est oscar, pour alec. Une pédale. À croire que les termes finalement,font toujours un peu mal. À moins que ce soit lui. Ou la nuit. Ou la vie. Pourquoi s'accrocher ? Oscar décide, dans sa tempête infernale, dans l'instinct animal, dans la perdition fatale...
de jeter une dernière fois
son
âme

« une pédale. »

qu'il répète, comme pour se donner du courage. Voilà, voilà qui est original. Voilà, voilà qu'il attrape son visage. Avouons le, jusqu'au bout
il a hésité à lui foutre
un coup
de boule
au lieu de ça,
il lui fout,
un coup
de bouche.
Long,
proche
joint
attendu
fou
timide
échangé
atteint
je
crois
que
je
vais
crever
pour
à cause
de
toi

Pour se prouver,
qu'y a qu'à deux
qu'ils pourront respirer
qu'y a qu'ensemble
qu'ils peuvent
coexister
parce que de loin
ça fait trop
trop
mal
de se regarder.

alec va le frapper
encore
il va lui faire vomir
des remords
il va le tuer
peut-être
et quand son sang coulera entre les pavés
quand la vie va cruellement s'estomper
que la nuit va cesser
que les passants jonchera son corps
inanimé
que les oiseaux chanteront l'air de rien
que l'humanité se portera toujours aussi
bien, bien, bien
oscar espère
espère
supplie
qu'il sera
enfin
enfin
enfin
capable de le détester.
Plus que de lui
être
passionné.





(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 15/10/2018
posts : 166
years old : 25 ans.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 23 Déc - 10:36

il y a rien
y a rien dans la rue
y a rien dans ma tête
y a rien dans mon corps
y a rien
que du sang
qui coule sur mon visage et mes poings
que du vide
qui creuse mon ventre

y a plus rien et je laisse ce trop rien derrière moi
à jamais
j'le vois plus
j'efface sa gueule de pd
j'efface son regard de tarlouze
et toute la nausée qui va avec

putain
de
faible

putain
de raté

mais j'ai les yeux trop lourds
j'ai les cotes trop fragiles
et quand
sa voix
répète mes mots
et quand
son corps
accepte mes mots
c'est tout moi qu'il prend avec
c'est tout
moi
qui
suis
avec

tapette

j'ai la gueule d'un revenant
j'ai le corps d'un zombie
et pourtant
quand il m'approche
la peur ne résonne pas
le dégoût ne se réveille pas

y a plus rien
plus rien
plus rien d'autre
que
lui

et
puis


et
puis


et
puis


ses
lèvres


son
goût


et mon cœur suspendu au bord de mes yeux
et mes jambes qui désertent
qui détestent
mes poings
qui se serrent
mais
ne
bougent
pas

je
ne
bouge
pas

j'suis fou
j'suis fou à lier
j'suis fou à gerber
j'voudrais qu'on m'assomme
j'voudrais qu'on me tue

et d'un coup c'est clair
j'vais le tuer
j'vais l'égorger
j'vais écraser son visage entre mes mains et lui faire goûter le fer de la mort
l'acre de la terre

mes doigts saisissent son cou
je
suis
prêt

mes doigts saisissent son cou
je
vais
l'égorger

l'étouffer

le
tuer

de mes lèvres plus fortes contre les siennes
de ma langue qui veut
de ma langue qui
caresse
la
sienne

et mes doigts se serrent
quand l'étreinte moite se fait plus douce
quand la rencontre
quand son gout
quand sa chaleur
me
transperce

je le hais

je le déteste

je le vomis

autant que moi

autant que la vie

je le


tue


je le


tue


et je
l'embrasse

comme si jamais je n'avais embrassé
comme si jamais je n'avais désiré
une danse
de nos
lèvres

un amour
de
nos
langues

et le goût de son sang
jusqu'au fond de mon cœur
jusqu'au fond
de
ce
palpitant
qui reprend
vie

jusqu'au fond de ma peur
jusqu'au fond de ma haine
jusqu'au fond
de moi
partout
en moi

comme
des
étincelles

et mes doigts sur son cou à le tuer
et mes baisers
oubliés
perdus
infinis

à me faire
gerber

à me faire
le
désirer

pédale

je ne respire plus

je ne sens plus
plus
plus rien
plus rien de la colère
plus rien de l'impatience
plus rien du manque

simplement
lui

et
la douceur
de
cette bouche
qui est mienne
qui est sienne
qui est notre

et
la douleur
de
cette envie
de
cette
chaleur

qui me brûle
qui me crame
qui
me
tue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


fourth ward


avatar


in town since : 22/10/2018
posts : 105
years old : 24 y.o
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   Dim 23 Déc - 11:46


Alec, alec, alec
est ce qu'il sent aussi
que c'est plus cliché
que la terre qui arrête de tourner ?
C'est comme si, en les regardant, le monde s'était finalement essoufflé. Comme si tout ce qui était beau était foiré, par leurs existences cabossées. Pas cette chaleur à faire flamber, pour tous les rêves non-exaucés. Parce que là, ces lèvres croisés, simplement, ils étaient.

C'est horrible. C'est sale, c'est moche. Ça pourrit les années qu'ont passées, ça exulte la temporalité. Parce qu'oscar déteste, haït, jubile, crève
d'être en train de l'embrasser. Partout, il se meurt
de le tuer
de le toucher
d'encore plus
l'embraser.


Puis y a ses doigts sur sa peau, qui de frôler viennent à toucher. Tout, tout qui semble s'intensifier. La nuit est plus noire, ou c'est juste la mort
qui est plus colorée ?
De plus en plus
de peine
à
aimer
respirer
se jouer
de sa langue
putain
depuis quand c'est si bon de crever ?

Alec, alec, alec,
je t'en prie
me tues pas
passionné
pas tout de suite
pas déjà
plus tard
attends
que j'embrasse
le feu
amoureux

y a pourtant ses propres mains qui se posent sur les siennes, qui les caressent. Tendrement ? Pour l'inciter, l'inciter à tout. Tout abandonner, pour lui. Qu'il rende enfin à oscar, ce qu'il lui avait subtilisé.

Juste une raison d'exister.

Mais maintenant y a les étoiles, ou peut-être, des feux d'artifices ? Partout devant ses paupières fermées, qu'explosent à chaque battement de son cœur agité. Y a les picotements de la tête au pied, ses mains, ses mains qui serrent de moins en moins. Et ce besoin de le repousser parce qu'il veut inspirer
et
encore
recommencer
le détester à l'aimer
l'aimer à le détester
l'embrasser pour le tuer
le serrer pour l'assassiner
et
et
et

voilà que c'est lui qui le force à reculer, des ses bras mous
de son cœur fou
de l'amour
honteux
presque
joli

oscar
l’essoufflé
alec
l'inavoué
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ecchymose ft Alec   

Revenir en haut Aller en bas
 
ecchymose ft Alec
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» alec ▲ the show must go on.
» Un point sur les émotions [PV Alec Lockheart]
» Alec Volturi ► "Sister, they send you out for one and you bring back two... and a half. Such a clever girl."
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]
» SATURDAY NIGHT VOLDY-VER (bal - terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
purple haze :: harvey, illinois :: to be on the edge of breaking down-
Sauter vers:  
MOST WANTED
les préliens recherchés