AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ça sent le scandale fatal (kenny)

Aller en bas 
AuteurMessage


♛ les hautes sphères


Vesper Russell


in town since : 27/09/2018
posts : 1475
years old : 28 y.o.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: ça sent le scandale fatal (kenny)   Lun 22 Oct - 15:12



Pour une fois elle peut se dire heureuse.
L'enveloppe entre ses mains tremblantes, maladroitement ouverte. La bonne nouvelle de la journée, sûrement de l'année. Pas de bonne nouvelle depuis des années jusqu'à aujourd'hui, en fait. Et là, elle est heureuse. Elle sait pas combien de temps ça va durer, peut-être quelques heures ou peut-être plusieurs jours ou mois mais pour l'instant la chance lui sourit. Et c'est plaisant, la sensation est douce de se dire qu'aucune merde va lui tomber sur le coin du nez. Qu'elle goûte enfin au bonheur. C'est enfantin de la serrer contre son cœur, c'est qu'une enveloppe. Mais elle est précieuse. Parce que cette enveloppe est une chance, en tout cas le courrier qu'elle contient, la chance d'un renouveau. La certitude qu'elle doit croire en ses rêves, qu'elle est talentueuse et que son ancien succès ne repose pas que sur un script volé. Elle a une plume fabuleuse, voilà ce qu'il dit ce courrier. Il dit surtout qu'elle est la gagnante d'un prix de mille dollars, un prix d'écriture. Concours auquel elle a participé en partant défaitiste, auquel elle a participé sans y croire, histoire de. Parce qu'elle était inspirée sur le moment. Et putain, qu'elle est heureuse. Et elle se dit que c'est le bon moment, le parfait.
Pour réaliser le tatouage qu'elle veut depuis des mois sans sauter le pas, c'est une bonne journée aujourd'hui. Et même si elle culpabilise c'est grâce à sa meilleure amie disparue qu'elle en est là aujourd'hui, dans les bons comme dans les mauvais moments et elle pense qu'elle doit lui dédier cette victoire.
Alors elle saute dans le premier taxi.  
Puis c'est le sourire aux lèvres qu'elle se pointe à la porte du salon. Qu'elle la pousse la porte du salon. Mais qu'elle est heureuse, aujourd'hui. Dents blanches dévoilées, rides au coin des yeux, le sourire de duchenne, le vrai. Sauf qu'il finit par disparaître quand elle entre dans son champ de vision, la fille. Celle de l'appartement. Et une pointe de jalousie qui se ramène doucement, qu'elle ressent au creux de sa poitrine. Elle sait pas ce qui y'a entre elle et Eros, elle sait juste que la dernière fois c'est cette fille qui lui a ouvert, cette fille. Pas Eros, non.
Salut, on s'est déjà croisées chez Eros. elle tente quand même un sourire parce que même si elle est jalouse c'est pas une méchante Vesper, puis si il préfère cette fille à elle ... elle peut comprendre, cette fille n'est pas responsable de la mort de sa sœur. Tu bosses ici ? qu'elle enchaîne même si elle sent sa question complètement débile, ça coule de source qu'elle bosse ici. Vesper se mord la lèvre inférieure, essaie de penser à l'enveloppe. C'est ça, vaut mieux penser à la bonne nouvelle plutôt que de la présence de la fille ici. C'est quand même pas ça qui va gâcher sa journée. Je suis là pour un tatouage.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


Kenny Harper


in town since : 07/09/2018
posts : 1000
years old : twenty-eight (04.07)
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ça sent le scandale fatal (kenny)   Lun 22 Oct - 19:40



l'aiguille qui cesse de marteler la peau colorée d'ton client. le silence qui investi à nouveau la pièce et ton sourire qui s'agrandit lorsque tu passes le dernier coup d'mouchoir sur le dessin encré. tu l'laisses aller observer ta création dans l'miroir mural prévu à cet effet. toi, pendant c'temps, tu t'occupes d'tes outils. aiguille qu'tu jettes, bien enveloppée dans l'mouchoir et les gants. doses d'couleurs qu'tu r'fermes avec précaution. tu d'mandes si l'résultat lui convient. et y a son visage qui transpire la gratitude, dose d'bonheur et d'douceur. les remerciements, l'film transparent qu't'enroules autour d'son avant-bras après avoir passé un peu d'crème sur l'tatouage tout neuf. protéger ton oeuvre avant tout. passage en caisse, gamin ravi et toi avec. promesse d'une autre entrevue qui t'fait rougir un instant. l'bonhomme qui quitte l'salon et toi qui t'laisse tomber dans ta chaise à roulette. courbes qu't'as tracé sur son épiderme pendant quatre heures. l'envie qui s'fait ressentir de t'rouler un joint. y a qu'toi dans l'salon. leo est d'repos aujourd'hui et rhys, en pause déjeuner. pas d'rendez-vous avant une heure, p'tre deux, t'sais plus bien. t'es pas chiante comme patronne. tu n'l'es déjà pas en tant qu'personne alors c'pas pour passer ton temps à fliquer ces deux perles qu't'as engagé. au pire, elles voudraient s'taper des horaires à la carte qu'tu s'rais même pas contre. quoi qu'faudrait qu'elles soient dispo si jamais t'as b'soin d'bouger ou quoi. bref. c'pas important. l'pétard qu'est roulé, t'as plus qu'à aller l'savourer, d'vant l'enseigne, quoi qu'un peu à l'écart quand même. des fois qu'y en a qu'ça dérangerait. mais v'là qu't'auras pas l'temps d'aller savourer ta cancéreuse améliorée. la p'tite clochette au d'ssus d'la porte qui s'met en branle. t'planques l'bâtonnet roulé avec soin et r'lève la tête, l'sourire qu'étire tes lippes teintées d'rose. l'visage qu't'as d'jà vu quelque part mais t'sais pas vraiment d'où. princesse pas vraiment physionomiste, quoi qu't'arrives quand même à t'débrouiller d'ordinaire. ta tête qui t'dit quelque chose et l'sérieux qu'la brune retrouve lorsque vos r'gards s'fracassent l'un contre l'autre. visiblement, toi, elle t'a r'connu et y a comme un truc qui t'dit qu'elle t'porte pas dans son cœur. salut, on s'est déjà croisées chez eros. ah bah oui, voilà, c'est ça. la jolie brunette d'l'autre matin. celle qu'a pris les jambe à son cou quand tu lui as dit qu'l'homme était sous la douche. oups. si ça s'trouve, elle s'invente des histoires, la poupée. t'sais pas, t'es pas dans sa caboche et t'sais pas tant si tu voudrais t'y r'trouver. tu commences par acquiescer et t'apprêtes à répliquer. mais non. pas l'temps. tu bosses ici ? tes lippes qu'tu pinces. comme l'impression qu'elle voudrait être partout ailleurs, sauf face à toi. une fois d'plus, t'acquiesces. prête à en placer une. mais non, toujours pas finalement. je suis là pour un tatouage. c'est toujours bon de le préciser, en effet. ok. qu'tu commences, pas vraiment certaine qu'tu puisses parler, s'il faut qu'tu t'magnes le cul pour t'manifester ou non. tu lèves tes deux mains, comme si tu t'rendais. t'pas agressive, tu n'l'es jamais. pas avec les gens qu'tu connais pas tout du moins. parce que, faut avouer qu'ces derniers temps, t'hésites pas à t'rebiffer. dany. aria. qu'des gens importants pour toi, qui t'connaissent trop bien pour savoir qu'une certaine limite a été franchie. elle, poupée brune inoffensive, elle a l'droit au même trait'ment qu'tout l'monde. ton sourire stellaire et l'ton calme quoi qu'enjoué. l'enthousiasme d'une poulette et d'sa passion qu't'as transformé en métier. on va commencer par l'début, s'tu veux bien. même si elle n'le veut pas d'ailleurs. c'est à toi d'parler maintenant. moi, c'kenny et ouais, j'bosse ici. pas la peine d'lui dire qu'c'est toi la propriétaire, tout l'monde s'en fout et c'pas pour ça qu'elle est là. pour ton tatoo, t'as d'jà une p'tite idée de c'que tu voudrais et d'son emplacement ? questions basiques, renseignements nécessaires. carnet qu't'attrapes. nouvelle page. vierge. b'soin d'noter les détails et p'tre même d'faire quelques esquisses histoire d'voir si la direction qu'tu prends pourrait lui conv'nir. comme tu l'ferais avec n'importe quel client, finalement.

_________________
- - celui qui a dit « je préfère la chance au talent » avait un regard pénétrant sur la vie. les gens n’osent pas admettre combien leur vie dépend de la chance. ça fait peur de penser que tant de choses échappent à notre contrôle.


Dernière édition par Kenny Harper le Sam 27 Oct - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


Vesper Russell


in town since : 27/09/2018
posts : 1475
years old : 28 y.o.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ça sent le scandale fatal (kenny)   Mer 24 Oct - 8:31



c'est quand même pas la peine de se braquer. cette fille elle la connaît pas, peut-être qu'elle est pas méchante. elle porte un jugement sur un truc qu'elle sait même pas, vesper. peut-être qu'ils sortent pas ensemble tous les deux, que y'a une vraie raison qui se cache derrière la scène. mais elle se demande quand même, elle se pose des questions. pourquoi cette jolie blonde lui a ouvert la porte de chez eros ? parce qu'il était sous la douche mais justement c'est pas anodin comme sorte de réponse, dans les films ça se passe toujours comme ça. si c'est l'amante qui ouvre parce que le type est sous la douche c'est parce qu'il s'est passé un truc durant la nuit. elle a pas envie de croire qu'il se passe un truc entre eros et la jolie blonde qui lui fait face. mais clairement elle a un physique de rêve, elle est canon de visage. c'est possible de résister ? elle en est pas sûre, elle pense que si elle était un mec elle pourrait pas résister.
mais c'est pas une raison de lui balancer de la haine à travers la gueule.
parce que si quelqu'un est responsable c'est bien vesper, elle se fout dans la merde toute seule. avec sa culpabilité, son indécision. peut-être qu'à force eros il en a juste ras le bol alors il va voir ailleurs. et puis ça pourrait se comprendre, avec lui elle fait un pas en avant pour trois en arrière. le soupir qui déchire ses lèvres alors qu'elle plonge son regard dans celui de la tatoueuse ; faut ravaler la rancœur, faut balayer la jalousie. c'est une bonne journée, elle va pas la gâcher en se faisant des films. alors elle tente un petit sourire plus joviale quand la blonde se présente.
j'm'appelle vesper, enchantée kenny. de plus près. quoiqu'elles se sont vues de près la dernière fois, juste que vesper a pas demandé son reste avant de disparaître de son champ de vision. cette fois elle est forcée de rester plus longtemps puisque visiblement c'est kenny qui va la tatouer. vaut mieux pas se la mettre à dos d'ailleurs, elle veut pas se retrouver avec un tatouage dégoulinant d'encre.
à sa question elle hoche la tête de haut en bas. ouais, elle a une idée assez précise de ce qu'elle veut par contre l'emplacement c'est une autre histoire. elle y a pas vraiment réfléchit, elle veut juste un truc logique quoi. à savoir pas sur le visage, les fesses, l'aine ou autre partie où ça rendrait la chose un brin vulgaire. je voudrais me faire tatouer une date. ou non, un prénom. je voudrais me faire tatouer un prénom. elle commence déjà à être indécise, sait pas vraiment ce qui est le mieux entre les deux. mais quand même, le prénom lui paraît moins glauque qu'une date de mort. l'emplacement j'sais pas trop, en principe les prénoms vous les tatouez où ? elle se mord l'intérieur de la joue, hausse les épaules peut-être à l'intérieur du poignet ? elle lui fait confiance sur l'emplacement de toute façon, c'est elle la professionnelle. vesper elle relève la tête pour regarder le visage de son interlocutrice, la jalousie qui repointe aussitôt. elle se dit qu'elle peut toujours la questionner pendant le tatouage sinon puis elle se dit que non, ça la regarde pas. ça fait mal ? en tout cas l'avoir vu dans l'appartement d'eros ça lui a fait mal, sûrement plus qu'un tatouage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


Kenny Harper


in town since : 07/09/2018
posts : 1000
years old : twenty-eight (04.07)
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ça sent le scandale fatal (kenny)   Sam 3 Nov - 20:21



la brune, elle a l'air paumée. comme si elle essayait d'chasser d'vieux démons qui n'ont d'cesse d'vouloir la faire tourner en bourrique. sans doute en proie à quelques réflexions vagabondes. la façon d'te parler, celle de s'présenter à toi. y a tout qu'indique qu'elle a un truc à t'reprocher. toi qui n'la connait pourtant pas. ou p'tre que si. parce que, si ça s'trouve, t'as d'jà dû lui piquer sa place d'parking, ou p'tre qu't'es passée d'vant elle dans une file d'attente quelconque. et si ça s'trouve, elle est physionomiste la poupée brune. et du coup, elle t'en veut d'puis c'jour-là. p'tre qu'elle voudrait te l'faire payer aussi, t'sais pas trop. ou alors, tu pars dans une théorie totalement fumeuse et faut qu'tu t'calmes. ou qu't'ailles fumer ton putain d'joint qu'tu t'apprêtais à cramer avant qu'elle s'pointe. pour l'heure, tu revêts ton plus beau sourire et laisses de côté tes divagations pour t'occuper d'elle. après tout, c'une cliente comme une autre et tu n'la connais pas alors autant laisser les choses s'faire naturellement. tu prends donc les choses en main, une fois qu'elle t'laisse en placer une. tu t'présentes, parce que c'important. p'tre bien aussi parce que tu n'veux juste pas rester la fille d'chez eros. parce que t'as un prénom et qu'ça t'gonflerait franchement qu'tu sois cataloguée, placée dans une case qui n'serait p'tre pas à ta conv'nance. j'm'appelle vesper, enchantée kenny. de plus près. l'rire léger qu'tu n'retiens pas. sa r'marque maladroite et p'tre bien une pointe d'gêne qui s'en dégage. t'sais pas trop et tu n't'y attardes pas non plus à vrai dire. la dernière fois qu'elle s'tenait d'vant toi, elle s'est barrée en courant après quelques s'condes. tu poursuis en lui d'mandant plus d'information sur l'tatouage qu'elle voudrait s'faire. ses envies, l'emplacement. deux p'tits points qui restent les plus importants. puis toi, tu pourras toujours lui filer un p'tit coup d'main si jamais elle hésite. je voudrais me faire tatouer une date. ou non, un prénom. je voudrais me faire tatouer un prénom. tu poses ton crayon sur la page d'ton carnet qui restera vierge, immaculée. la poupée, elle n'sait pas c'qu'elle veut. t'sais pas vraiment si elle n'changera pas encore d'avis en cours de route. ça arrive souvent, les changements de dernières minutes. l'emplacement j'sais pas trop, en principe les prénoms vous les tatouez où ? jolie poupée qui semble perdre ses moyens, un semblant d'repère. ou alors p'tre qu'c'est juste toi qu'es à côté d'la plaque. peut-être à l'intérieur du poignet ? tu t'mordilles l'intérieur d'la mâchoire. t'as décidé sur un coup d'tête, c'est ça ? qu'tu d'mandes, douce mais si sérieuse. j'veux bien t'graver la peau, mais faut vraiment qu'tu sois sûre d'ton choix vesper. parce qu'un tatouage, c'est indélébile. quoi qu'ça peut s'enlever mais ça coûte un bras. alors t'préfères qu'elle soit sûre de c'qu'elle veut avant d'accéder à une quelconque demande. j'veux bien t'aiguiller, vraiment. mais faut surtout qu'tu sois sûre de c'que tu fais. pas qu'tu puisses regretter par la suite, par exemple. parce que, ça aussi, ça arrive. les regrets. pas forcément parce que l'tatouage est mal fait, mais surtout parce que c'qu'il représente est trop intense ou pas assez, et l'emplacement choisi n'est pas l'bon. ça fait mal ? tu hausses les épaules. chaque personne est différente au niveau du r'ssenti d'la douleur. parce qu'un motard peut verser une larme lorsque l'aiguille transperce son mollet alors qu'une fille à papa peut garder l'sourire alors qu'tu grave la peau si fine derrière son oreille. du coup, j't'avoue que j'peux pas répondre à c'te question. y a qu'toi qui pourra juger au final. mais oui, ça pourrait t'faire mal ... comme tu pourrais n'rien sentir. ouais, t'es pas vraiment aidante pour le coup, faut dire c'qui est.

_________________
- - celui qui a dit « je préfère la chance au talent » avait un regard pénétrant sur la vie. les gens n’osent pas admettre combien leur vie dépend de la chance. ça fait peur de penser que tant de choses échappent à notre contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


Vesper Russell


in town since : 27/09/2018
posts : 1475
years old : 28 y.o.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ça sent le scandale fatal (kenny)   Mer 5 Déc - 8:30



elle se mord la lèvre inférieure ; elle a pas envie d'la juger son interlocutrice. et sûrement qu'vesper elle se fait des idées, des films, toute seule dans sa tête. elle sait même pas c'que la jolie blonde foutait chez eros. peut-être qu'ils sont justes potes, peut-être que c'est une cousine. parce qu'vesper elle connaît pas toute la famille du brun non plus. ou peut-être que c'est sa petite amie, auquel cas il la trompe avec elle. et cette pensée la met carrément mal à l'aise donc elle la chasse d'un mouvement d'tête. faut qu'elle rassemble un peu d'courage pour demander à eros, un jour. lui dire ' hé, un jour j'ai croisé une blonde canon chez toi. c'était ta meuf ? ' sauf qu'elle s'sent pas prête pour lui en parler maintenant, dans les prochains jours, dans les prochains mois, jamais. alors l'mieux à faire c'est juste d'oublier ce jour-là, l'effacer d'sa mémoire et faire comme si elle n'avait jamais vu son interlocutrice d'sa vie, encore moins chez eros pendant qu'monsieur prenait sa douche.
elle passe sa main dans ses ch'veux, la discussion s'dirige vers le tatouage. elle se décide enfin à s'faire tatouer la poupée brune mais elle flippe quand même un peu. parce qu'elle a peur qu'ça fasse mal, peur d'avoir des r'grets. déjà elle sait pas forcément ce qu'elle veut entre une date, celle d'la mort de sa meilleure amie, et l'prénom de cette dernière. juste qu'la date elle trouve ça quand même vachement glauque comme idée. un soupir s'échappe d'ses lèvres, elle lève les yeux au ciel.
pas vraiment un coup d'tête, juste que j'avais jamais osé avant aujourd'hui et qu'c'est le moment. je crois. et qu'elle est encore sous l'euphorie d'la bonne nouvelle. mais elle y tient à c'tatouage, il représente beaucoup à ses yeux. elle s'râcle légèrement la gorge. j'voudrais un tatouage en rapport avec une personne décédée et j'trouve qu'inscrire la date de sa mort c'est un peu glauque, c'tout. elle fait une moue, baisse légèrement la tête, la pointe d'ses chaussures devient soudainement très intéressante. parce qu'en plus la tatoueuse connaît eros et qu'la personne décédée c'est justement la jumelle de ce dernier, sujet délicat. mais j'suis sûre d'vouloir le faire. qu'elle rajoute. puis avec tout ce qu'elle a eu dans sa vie elle va quand même pas chouiner parce qu'un aiguille teinte sa peau d'un jolie courbe. si j'pleure vous l'garderez pour vous hein, ça s'ra un secret. elle lâche un petit rire. et vous faites des tatouages style aquarelle ? genre une p'tite fleur à côté ? pour apporter un peu d'couleur, un peu de gaité quand même, pour montrer qu'la belle étoile était d'nature joyeuse de son vivant.

_________________
- - on se dit au revoir, le cœur tout apaisé. je ne sens plus mon corps, je peux t'entendre, espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


Kenny Harper


in town since : 07/09/2018
posts : 1000
years old : twenty-eight (04.07)
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ça sent le scandale fatal (kenny)   Dim 27 Jan - 12:26



tu la dévisages kenny. un peu comme tu mates le monde. l'esprit d'analyse aiguisé et pourtant, t'arrives pas vraiment à savoir c'qu'elle veut, la brune. tendue, perdue. probablement un peu perturbée. demande spéciale, première expérience aussi, sans doute. tu creuses, poses probablement les mauvaises questions mais pas pour rien. tu prends note d'chacune d'ses réactions. faut qu'tu sois certaine de c'qu'elle veut. et puis y a c'début d'échange qu'est bien trop lourd, bien trop chargé de cette chose que tu n'comprends pas. comme si elle te reprochait déjà une faute que t'aurais commise alors qu'tu n'la connais même pas. la manière qu'elle a d'passer sa main dans ses ch'veux, d'lever les yeux au ciel. comme si tu l'exaspérais alors qu'tu n'fais qu'ton boulot. poupée consciencieuse, qui n'voudrait surtout pas qu'elle en vienne à r'gretter son choix ou alors qu'elle le fasse pour de mauvaises raisons. pas vraiment un coup d'tête, juste que j'avais jamais osé avant aujourd'hui et qu'c'est le moment. je crois. elle croit. encore, toujours. comme si elle n'était pas sûre de c'qu'elle voulait et c'est ça qui t'dérange. parce qu'y a pas vraiment d'affirmation dans son désir, comme si elle hésitait encore. pourtant, tu sens qu'elle y tient, à c'projet. mais t'sais pas, y a un truc d'pas net là-dedans et t'es pas certaine qu'elle soit en accord avec c'qu'elle veut, la brune. j'voudrais un tatouage en rapport avec une personne décédée et j'trouve qu'inscrire la date de sa mort c'est un peu glauque, c'tout. son r'gard qui s'perd sur l'carrelage. logique. et toi, tu fermes les yeux kenny. une seconde, p'tre deux. pas plus. juste le temps d'encaisser l'information. et maintenant, tu peux comprendre pourquoi son explication est si floue, si brouillon. mais j'suis sûre d'vouloir le faire. tes lippes se pincent et tu acquiesces lentement. d'accord, très bien. c'est tout c'que tu trouves à répondre kenny. qu'est-ce que tu peux dire de plus, de toute façon ? si j'pleure vous l'garderez pour vous hein, ça s'ra un secret. ton rire qui s'mêle au sien. note de légèreté qui fait du bien, on n'va pas se mentir. et vous faites des tatouages style aquarelle ? genre une p'tite fleur à côté ? un brin pensive kenny, ton crayon d'papier qui glisse sur la feuille encore immaculée. inspiration débordante, intarissable. si j'te fais un truc dans ce style là ... qu'tu commences avant d'te mordre l'bout d'la langue pour rajouter quelques traits rapides à ton esquisse. est-ce que ça pourrait t'convenir ? que tu lui d'mandes en retournant l'papier vers elle. c'n'est qu'un brouillon mais si tu m'dis qu't'es partante, j't'arrange tout ça pendant que j't'offre un café. histoire qu'tu t'détendes avant d'commencer l'plus gros du travail. qu't'ajoutes en haussant les épaules. enfin, si tu veux faire ça maintenant, bien sûr. ouais, parce qu'elle a encore le droit de t'dire qu'elle veut un rendez-vous. promis, j'dirais rien si tu pleures. qu'tu confies en r'calant l'crayon dans tes cheveux.

_________________
- - celui qui a dit « je préfère la chance au talent » avait un regard pénétrant sur la vie. les gens n’osent pas admettre combien leur vie dépend de la chance. ça fait peur de penser que tant de choses échappent à notre contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


Vesper Russell


in town since : 27/09/2018
posts : 1475
years old : 28 y.o.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ça sent le scandale fatal (kenny)   Mar 5 Mar - 5:59



apprendre à s'détendre, à faire confiance.
si ce n'est en la fille en face d'elle au moins à eros. ils s'connaissent depuis toujours tous les deux et c'pas le genre de type à avoir plusieurs liaisons. du moins c'est c'qu'elle en pense. mais les gens ont un don pour la décevoir, comme elle a un vrai talent pour décevoir les gens. c'est comme ça qu'le monde tourne, qu'son monde tourne. et elle est prise dans l'même engrenage depuis des années, s'y est accoutumée et semble pas prête d'en sortir. parce qu'elle a eu son lot d'rebondissements pour le reste de sa vie. elle est en quête de calme maintenant, de monotonie. et sa vie est d'venue morose.
faire un tatouage, rien qu'ça, c'est déjà un changement important pour elle. un truc qui sort d'l'ordinaire, qui chamboule sa p'tite vie bien rangée. elle espère qu'ça va lui plaire, à lui aussi. qu'il va pas trouver ça glauque ou déplacé. parce qu'pour elle c'est juste un souvenir, elle veut simplement graver l'souvenir de sa meilleure amie dans sa peau. alors malgré tout elle donne quelques explications à la tatoueuse. elle aurait simplement pu s'excuser et dire qu'elle change d'avis pour aller s'faire tatouer par quelqu'un d'autre. mais la blonde a l'air douée dans son art.
et puis elle peut pas s'laisser envahir par les films qu'elle s'fait dans sa tête. elle baisse les yeux vers l'croquis.
c'est parfait, c'est exactement c'genre là que j'avais à l'esprit. et elle esquisse un sourire. pas vraiment pour son interlocutrice mais plutôt en pensant à c'que le tatouage va donner sur sa peau, elle pense qu'ça va être joli. son sourire disparaît, elle relève l'visage vers kenny pour réfléchir à sa proposition. pas certaine d'avoir envie d'passer du temps en tête à tête avec elle autour d'un café. mais finalement elle hoche la tête d'bas en haut pour signifier son accord. — va pour l'café alors, merci.
puis qui sait, peut-être qu'elle va réussir à glaner quelques informations sur sa relation avec eros. et la brune doit vraiment faire un travail sur sa jalousie. un soupir s'échappe d'ses lèvres. — ça va durer longtemps ? pour faire l'tatouage. vesper a l'temps c'est pas l'problème mais elle veut avoir un ordre d'idée d'combien de temps elle va souffrir l'martyr. — t'es tatoueuse d'puis longtemps ?

_________________
- - on se dit au revoir, le cœur tout apaisé. je ne sens plus mon corps, je peux t'entendre, espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


Kenny Harper


in town since : 07/09/2018
posts : 1000
years old : twenty-eight (04.07)
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ça sent le scandale fatal (kenny)   Lun 11 Mar - 13:44



le crayon court sur le papier. la mine danse et noirci la page immaculée. combler l'espace blanc, vide et impersonnel. lui donner vie, qu'ça prenne forme, qu'ça ait du sens. un sens. son sens. dissiper le brouillard qui obstrue ta vision de c'qu'elle souhaite, désire, imagine. une façon de se rapprocher, ne serait-ce que pour quelques secondes, minutes. heures. le temps qu'ça durera. l'temps qu'elle supportera la douleur. le temps qu'elle te supportera. parce que t'as la sensation de l'incommoder kenny. toujours cette impression d'avoir fait une connerie sans même le savoir. p'tre que tu délires sévère, après tout. p'tre qu'y a rien d'tout ça. ou p'tre qu'y a tout. t'sais pas. et t'as p'tre pas tant envie qu'ça de l'découvrir. parce que t'es d'jà pas la plus brillante en terme d'choix, toujours à choisir l'mauvais. alors si jamais tu l'as blessée par une quelconque action dont tu n'te souviendrais même pas, ça t'foutrait mal kenny. en quelques coups d'poignets précis, tu lui montres l'ébauche que tu as faite, en espérant que ça corresponde à c'qu'elle aurait pu imaginer. fine psychologue, quoi que surtout en c'qui concerne ton art plutôt qu'avec le reste, tu vois son sourire illuminer son faciès. c'est parfait, c'est exactement c'genre là que j'avais à l'esprit. ça t'fait plaisir, toi qui avait peur de ne pas avoir bien saisit ce qu'elle désirait. un brin d'bonheur qui traverse ses opales avant que l'ciel si clair ne s'assombrisse lorsque son sourire s'éteint. trop vite. t'sais pas si c'est toi, si ce sont les souvenirs douloureux. t'sais pas et t'aim'rais bien savoir. au fond. l'café que tu lui proposes, tout en essayant d'la mettre à l'aise, la rassurer sur l'dessin qu'tu prendras l'temps d'faire plus propre pour effacer la froideur d'ton esquisse. l'hésitation dont elle fait preuve. toujours le doute. le faire maintenant, le faire vraiment. va pour l'café alors, merci. lippes fendues d'un sourire et ton corps qui s'déplace. les cafés qu'tu prépares, machine en vue, dans l'espace d'accueil. toujours cette proximité avec la clientèle, ne jamais avoir besoin de leur tourner le dos, d'les perdre de vue. ne jamais avoir besoin d'interrompre une conversation, aussi. y en a qui l'prendrait mal. ça peut arriver. ça va durer longtemps ? t'aurais pas pu entendre les tremblements dans sa voix, si t'avais dû changer d'pièce. t'hausses les épaules. ça dépend d'si tu veux d'la couleur ou pas. et d'la taille aussi. mais j'pense qu'en une petite coupe d'heures, ça d'vrait l'faire. deux heures. c'pas si mal. pis si ça s'trouve, tu mettras moins d'temps qu'ça. ça dépendra surtout d'elle. d'sa façon d'gérer la douleur, d'la conversation engagée aussi. des phénomènes extérieurs également. tes collègues qui n'travaillent pas aujourd'hui, les interruptions éventuelles avec lesquelles tu d'vras composer. beaucoup trop d'facteurs à prendre en compte pour donner une réponse précise. t'es tatoueuse d'puis longtemps ? tu r'viens vers elle, déposant une tasse d'vant sa carcasse visiblement trop abîmée par les années et l'vécu. presque dix ans, à une année ou deux près. toi qu'a quitté les études avec un simple diplôme général en poche. t'y as été au culot, tu t'es pointée dans un salon, avec la rage et l'envie. on t'a appris, prise sous l'aile d'une femme excentrique. elle t'a montré, t'laissant la liberté d'poursuivre dans ton univers. elle qu'était partie d'rien, elle s'est r'trouvée en toi. tu lui r'ssemblais, à l'époque où elle avait commencé. un parcours connaissant quelques similitudes. papier calque et stylo spécial pour qu'son modèle puisse être posé sur sa peau avant que tu l'y graves. donc, intérieur poignet, c'est ça ? tes prunelles qui s'baladent sur les mains d'la brune, r'montent jusqu'à son poignet. compas dans l’œil, pour être sûre qu'ce soit à la bonne taille. et ta concentration qui s'accroche à nouveau au dessin. il va m'falloir la date. la question posée d'façon maladroite, y a pas d'doute possible. tu grimaces d'ailleurs, comme pour t'excuser d'devoir ram'ner l'sujet sur l'tapis. et qu'tu m'dises comment tu veux qu'ce soit. genre une date banale ou en chiffres romains par exemple. les questions qu't'es obligé d'poser pour qu'ça colle au mieux à c'qu'elle a pu imaginer, s'représenter mentalement.

_________________
- - celui qui a dit « je préfère la chance au talent » avait un regard pénétrant sur la vie. les gens n’osent pas admettre combien leur vie dépend de la chance. ça fait peur de penser que tant de choses échappent à notre contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: ça sent le scandale fatal (kenny)   

Revenir en haut Aller en bas
 
ça sent le scandale fatal (kenny)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» Au scandale !
» Texte qui parle d'un scandale autour du colloque de Montreal VRAI OU FAUX!!!
» UN AUTRE SCANDALE BETHBETH A LA RECHERE D'UN OTRE MA RIRE PRESIDENTIABLE !
» Le scandale de l'huile contaminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
purple haze :: harvey, illinois :: to be on the edge of breaking down-
Sauter vers: