AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 where were you. (neo)

Aller en bas 
AuteurMessage


sixth ward


avatar


in town since : 25/09/2018
posts : 46
years old : 26.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: where were you. (neo)   Lun 1 Oct - 12:56

deux nuits que cet hôtel miteux l’accueille. elle n’a pas dormi. leo est d’une humeur massacrante ce matin tandis que dans la file d’attente du café d’en bas, on ne se presse pas. elle soupire, lourdement. des regards mi curieux mi agacés se posent sur elle. les yeux noirs de hargne, elle les toise et remonte le col de son pull jusqu’à son nez. elle frissonne, pas encore habituée à ces températures. d’où elle vient, le soleil brûlait encore sa peau avec délice. sans un bonjour ni un merci, elle commande ou plutôt ordonne un long moka et un nuage de lait, s’en va sans un mot et claque la porte. son sac à dos pèse une tonne, elle songe qu’il serait temps de trouver un endroit où crécher. elle se prend à rêver d’un appartement lui appartenant. où la décoration serait sobre mais raffinée. une baignoire, il lui faudrait inévitablement une baignoire. et un lit rond, immense. et un chat. minuscule. qu’elle aurait récupéré, abandonné. elle traverse les beaux quartiers et son nez en l’air bouscule des riverains trop pressés qui grognent, qu’elle salue d’un geste éloquent. elle a pas la tête aux bonnes manières, ces derniers temps. ses humeurs lui jouent des tours et souvent, elle est irritée, leo. y a rien qui la contente, rien qui l’intéresse. en passant, elle intercepte quelques petites annonces et se promet de chercher du travail. parce que les poches son pleines de vide. son cœur aussi. arrivée dans le bon quartier, elle s’arrête un instant, contemple la misère et la trouve presque inspirante. on la reluque et ça ne lui déplait pas. elle sourirait presque, leo, si ses lèvres connaissaient encore le chemin. elle se contorsionne, attrape son téléphone coincé dans la poche arrière de son vieux jean troué, le seul, en vérité. son abonnement ne lui permet pas d’accéder à internet alors elle se démerde, accoste quelques personnes, affiche son plus joli minois et se fait conduire devant une bâtisse qui ne dénote pas des autres. ça pue la pauvreté mais c’est beau. pas franchement convaincue, elle grimpe les marches deux par deux, manque de se casser la figure et lève les yeux au ciel. sa porte est là, pas fermée mais leo frappe quand même, espérant qu’elle réponde et qu’elle ne soit pas là à la fois. plusieurs mois qu’elle n’a pas vu neo, quelques semaines qu’elle ne répond plus. ce petit bout de femme plus débrouillard qu’elle, elle en a fait sa petite sœur. et si leo peut être égoïste, solitaire et complètement je m’en foutiste, lorsqu’elle s’attache, elle ne compte plus. neo ? sa voix aurait pu être plus assurée. elle se l’éclaircit. neo t’es là ? c’est leo. on lui crie de se la fermer à l’étage du dessus et elle répond d’un doigt d’honneur. y a pas de place pour la faiblesse dans ce monde, elle l’a appris à ses dépens, leo.

@neo braxton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


third ward


avatar


in town since : 17/09/2018
posts : 70
years old : dix huit ans (19 octobre)
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: where were you. (neo)   Mer 10 Oct - 4:53

Quand elle était gamine, Neo s'est débrouiller seule. Pas une vie morose de celle des enfants des rues mais ses vieux étaient plus concentrés sur eux même et leurs carrières que leurs propre fille. Neo, elle s'est souvent demandé si elle était voulu, l'impression de ne pas être à sa place au milieu des siens. L'intimité qu'elle n'a jamais glorifié en compagnie de ceux qui auraient du l'aimer de façon inconditionnelle. On pourrait croire qu'un parent, surtout une mère, se soucie forcément de sa progéniture après l'avoir porté neuf mois en son sein. Visiblement, elle fait parti des exceptions Neo. Elle est pas la seule. Après tout, nous ne sommes qu'un grain de sable dans l'univers, quelle importance peut on avoir pour les autres êtres humains. Au fil des années, elle a su se convaincre que le monde n'avait pas réellement besoin d'elle. C'est là qu'elles ont pointés le bout d'leurs nez, ces foutues voix qui lui pourrissent la vie et qui la rassurent parfois. Sans elles, elle serait surement plus de ce monde la blonde. Parce que des mains tendues, elle en a pas croisés beaucoup dans son existence. Y'a eu Leo, drôle, vivante, foutrement belle, Neo l'a adopté le temps d'un weekend. Et si la promesse de continuer à discuter via internet ou sms a été faite, Neo pensait être effacé de la mémoire de la belle au bout de quelques jours à peine. Sauf qu'elle a tenu bon. Elle est resté. Pas de lassitude ou de méchanceté pour noyer cette union naissante. Et Neo, elle s'y accroche comme une bernique à un rocher, parce que c'est bon. Alors quand sa voix étouffée s'échappe de dernière la porte, elle pense d'abord rêver. Non mais sérieusement, tu crois qu'elle aurait fait tout c'chemin pour t'voir. C'est probablement un des loosers avec qui tu vis qu'à oublié ses clés. Elle se lève du canapé sur lequel elle crèche et traîne ses fesses jusqu'à la porte d'entrée. En face d'elle, c'est bien la charmante Leo. Un sourire vient instinctivement lisser son visage enfantin tandis qu'elle vient la serrer contre elle. Une étreinte qui dure de longues secondes. Imposée. Elle la serre si fort, comme si elle pouvait s'échapper. Parce qu'elle est sans nouvelle depuis quelques semaines et qu'elle a cru qu'on l'avait une fois encore laissé tombé la branleuse. « t'es là. » c'est juste une constatation, un soupire de soulagement qui accompagne ses mots. Elle reste là, contre elle encore un temps avant de reculer son visage et de dire : « tu vas bien ? » elle se glisse sur le côté. « entre » totalement surexcité par le fait de la voir ici, elle sautillerait presque sur place. Parce que Neo, elle a pas réalisé que lorsqu'elle a perdu son téléphone quelques semaines plus tôt, elle a changé d'numéro et que c'est en réalité elle qui a laissé son amie sans nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
where were you. (neo)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
purple haze :: harvey, illinois :: to be on the edge of breaking down-
Sauter vers: