AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 hurry up, we're dreaming. /nash

Aller en bas 
AuteurMessage


third ward


avatar


in town since : 26/09/2018
posts : 62
years old : twenty-three years old.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: hurry up, we're dreaming. /nash   Sam 29 Sep - 14:09

« ah putain de merde!» que tu viens à gueuler dans l'appartement, alors que y'a l'eau glacé qui coule sur ta peau. les joies de vivre en colocation, y'a toujours quelqu'un qui fini par prendre toute l'eau chaude et le dernier qui se glisse sous la douche est coincé à devoir la prendre glacé. tu rages dans la fameuse douche, évidemment tu ne tardes pas trop longtemps la prenant rapidement te disant que la prochaine fois, tu vas essayer de la prendre en premier au risque qu'on te passe sur le corps, s'il faut. tu viens à t'enrouler une serviette autour du corps, puis tu te rends à ta chambre pour t'habiller. l'appartement est plongé dans un silence des plus total ce qui est plutôt inhabituel, mais cela ne te déplais pas au contraire. tu profites de ce moment sachant que ça ne risque pas de durer éternellement. « rhys, t'es là!» y'a ce doux sourire qui se glisse sur tes lèvres. « ouais, dans ma chambre.» puis voilà qu'elle débarque, ta colocataire belle comme le jour avec son sourire constant aux lèvres, véritable rayon de soleil. « ça va?» que tu lances en la voyant apparaître dans l'embrasure de ta porte, elle acquiesce et t'observes. « tu fais quoi aujourd'hui?» que tu demandes replaçant une mèche de ta tignasse blonde derrière ton oreille. ta coloc hausse les épaules et tu profites de son silence pour enchaîner avec enthousiasme. « y'a une expo d'arts tout près, dans quelques heures, ça te dis de venir?»

toi, la grande passionnée d'art tu essaies d'entraîner tes colocataires dans tes projets, tes activités et tu sais pertinemment que ça ne plait pas à tous. t'hausses les épaules voyant très bien qu'elle a assurément mieux à faire, tant pis tu iras en solitaire c'est pas plus mal. « sinon, il manquait encore de l'eau chaude.» une grimace déforme ton visage. « j'paris que c'est jay encore, foutu princesse.» ta coloc rigole, et tu finis par rire à ton tour. t'apprends tranquillement les joies et les misères de la vie en colocation. heureusement que tu les apprécies, sinon tu serais sûrement déjà partie. « ne sois pas trop dur avec lui.» qu'elle te dit avec une moue, t'as toujours l'impression qu'elle joue le tampon entre vous deux. tu trouves ça charmant et heureusement qu'elle est là, sinon ça risquerait de tourner en troisième guerre mondiale votre truc. « bon, j'finis de me préparer et j'file à l'expo.» finalement, tu quittes l'appartement et tu te rends sur les lieux de l'exposition. y'a déjà pas mal de gens et tu te faufiles parmi la masse prenant soin de regarder les différentes oeuvres des artisans. y'a plusieurs trucs qui t'interpelles et d'autres moins, surtout que t'es du genre à poser des questions et la majorité sont bien heureux de te répondre et que tu t'intéresses à ce qu'ils font. au bout de plusieurs minutes, tu finis par t'arrêter devant des esquisses qui attire particulièrement ton attention. tu as comme une impression de déjà vue et c'est pour cette raison que tu les détailles avec un plus grand intérêt que les autres. tu relèves les yeux sur son créateur ou sa créatrice, du coup il semble occuper à autre chose alors ça rend la situation moins embarrassante. du coup, tu sais où tu as déjà vue ces esquisses là.  sur ce fameux blog dont tu étais tombée dessus par hasard. spontanément, tu avais laissé un commentaire et puis vous aviez brièvement échangé. tu ne pensais pas qu'il serait là aujourd'hui, tu ne pensais même jamais le croiser de toute ta vie d'ailleurs. sur le coup, tu te sens un peu gauche et tu ne sais pas trop si tu dois l'aborder ou simplement continuer ton chemin.


@nash bane :pipou:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 36
years old : vingt-trois ans
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hurry up, we're dreaming. /nash   Dim 30 Sep - 12:30

trois soirs d’suite qu’t’abuses. trois soirs d’suite qu’tu t’éclates la gueule.
pas pour rien, non !
t’as d’quoi à célébrer, t’as d’quoi être fier.
bouteille qu’tu fais popper avec tes frères p’is ta sœur, celle qu’tu partages avec ton sang chaque putain d’fois qu’tu parviens à vendre une d’tes œuvres.
t’as pas l’âme d’van gogh, ni d’kandinsky. pas d’chemisier maculé d’peinture à l’huile, pas d’palettes aux mélanges d’couleurs vives qui traînent sur ta table de nuit.
toi, c’est l’plomb qu’t’as d’incrusté sous tes ongles.
sous la pulpe d'tes doigts.
bavures qu’tu scrutes attentivement avant qu’on t’adresse la parole. à toi, l’artiste qui s’tient droit malgré les étourdiss’ments qui t’obligent à battre des cils. on t’assomme d’questions, d’compliments. faux sourires qu’t’offres en guise d’congédiement, ceux aux effluves alcoolisées d’ta nuit bien trop courte.
quelle idée d’faire une exposition un samedi matin ! opportunité qu’t’as clairement pas pu r’fuser. chance en or d’propager ton talent, d’élargir tes horizons, marre de t’fier au paternel pour subvenir à tes besoins.
t’veux briller, nash.
être l’étoile qui scintille le plus dans l’immensité du ciel.
comme elle qu’attire aussitôt ton attention. p’tite blonde qu’tu r’pères, légèrement à l’écart. celle qui détourne le r’gard quand elle percute le tien, pendu à tes esquisses plus qu’les autres. forcément, t’vois une belle occasion de t’faire d’la tune. pourtant, c’pas comme si t’en manquais, c’pas comme si l’padre payait pas d’jà toutes tes dépenses.
t’en as pas b’soin, d’blé.
t’as juste b’soin d’une bonne raison d’aller lui parler.
parce que, normalement, c’pas les artistes qui font les premiers pas vers les ach’teurs, mais c’plutôt l’inverse. après, t’es un bane, c’pas comme si t’étais conventionnel, à la base.
t’remercies les potentiels clients d’un bref signe de tête alors qu’tu t’éloignes d’ces derniers pour r’joindre la nouvelle arrivée. tu t’postes à ses côtés, iris scotchés sur tes propres créations, bras qu’tu croises contre ton torse avant de t’racler la gorge.
salut !
subtil comme une tonne de brique.
choix d’mot banal pour un début d’conversation, mais t’as jamais vraiment été doué pour aborder une nana. normalement, c’elles qui l’font. parce que t’en as strictement rien à foutre, pour être franc.
t’les fuis, en temps normal.
elles et leurs parfums un peu trop enivrants.
elles et leurs courbes un peu trop aguicheuses.
t’prends pas d’risques, nash. jamais. parce que t’as encore l’goût amer du départ d’hope d’imprégné sur ta langue. sur ta chair. sur ton cœur.
t’fronces les sourcils, réfléchissant à un  truc potable à lui balancer, histoire qu’elle t’tourne pas l’dos pour t’enfoncer dans ta propre solitude.
y a un truc qui t’plait en particulier ? ou t’as juste… envie d’mater ?
bel effort, bane !
belle tentative d’approche lamentable.
sourire qu’étire brièvement tes lippes, t’hésites entre l’envie de t’mettre à chialer ou d’rire fort. très fort. faut qu’t’arrêtes d’célébrer chaque esquisse qu’tu vends, autrement, tu t’trouveras avec une passion prononcée pour l’champagne.
p’is les lend’mains dégueulasses qui s’en suivent.
moi c’nash, en passant. nash bane.
menton qu’tu pivotes – enfin – dans sa direction, opales qui s’autorisent à détailler son visage. ses traits. elle est jeune, environ du même âge qu’toi. agréable à r’garder, l’genre de meuf qu’éveillerait probablement ton imagination, ta créativité.
t’en f’rais ta muse.
p’t’être.
lèvres qui s’pincent pour t’empêcher d’déblatérer une énième conn’rie, r’gard qui quitte finalement son faciès constellé d’une flopée d’grains d’beauté abstraits.
presqu’imperceptible.
mais pas pour l’œil d’un artiste.
pas pour l’tien, pas pour toi, nash bane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


third ward


avatar


in town since : 26/09/2018
posts : 62
years old : twenty-three years old.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hurry up, we're dreaming. /nash   Dim 30 Sep - 14:50

tes iris clairs qui demeurent ancrés sur les esquisses, tu pourrais largement continuer ton chemin, toutefois tu restes là. comme si tu les découvrais pour la toute première fois, toujours aussi fascinée.y'a une dimension nouvelle que tu découvres, ces oeuvres semblent encore plus belles, plus profondes que sur son blog. c'est plus tangible aussi, mon dieu, tu passes assurément pour une pauvre tarée. y'a des oeuvres que t'as déjà vue, d'autres sont des nouvelles qu'il n'a pas mis sur son blog. t'es tellement concentré que tu ne remarques pas sur le coup, qu'il a délaissé ses clients pour venir vers toi.malgré le fait que tu ne relèves pas les yeux, sa voix résonne et t'es un peu soulagée qu'il est osé faire les premiers pas finalement.

– salut !

t'entends dans le son de sa voix, qu'il ne semble pas non plus des plus à l'aise. intérieurement, ça te fait sourire, mais tu ne le démontres pas vraiment. t'essaies de former une phrase cohérente dans ta tête, mais ça bloque. du coup, tu optes pour le silence complet. tu le laisses se démerder avec le reste et tu te dis qu'il a forcément mieux à faire que de discuter avec toi. étrangement, ça te ressemble pas vraiment, habituellement t'es celle qui parle avec aisance, avec assurance aussi. par contre là, ça semble s'être volatilisé.

– y a un truc qui t’plait en particulier ? ou t’as juste… envie d’mater ?

t'aimes vraiment tout ce qu'il fait, t'es littéralement sous le charme en vrai. tu sais pas trop, ça se passe de façon interne, t'as l'impression que ses esquisses viennent résonner un truc chez toi, alors que tu ne connais strictement rien du créateur. - j'aime tout- c'est ça, que tu aurais envie de lui avouer, mais t'oses pas. habituellement, tu t'aurais pas gênée pour dire ce que tu penses vraiment. tu t'es jamais privée de t'exprimer à quiconque. finalement, tu te contentes de demeurer immobile jusqu'à ce que tu finisses par sentir ses prunelles charbons venir brûler l'épiderme de ton visage, tu le sens qu'il te regarde, une chose qu'il n'a pas semblé faire au début, faisant comme toi se concentrant sur ses oeuvres.

– moi c’nash, en passant. nash bane.

ouais, tu l'sais. c'est écrit sur son blog, c'est pas écrit grand chose sur lui. plutôt un artiste discret, mais ça au moins il l'a mentionné et tu l'as retenue. ça te donne envie de rire, y'a tes lippes qui se pincent de façon imperceptible comme si tu retenais quelque chose. puis, voilà que c'est à toi de venir à pivoter ton menton vers lui, tu relèves ton visage et t'oses venir fixer tes prunelles bord de mer aux siennes. t'as cet air sérieux, mais les traits doux qui flottent sur ton visage. visage carré, du moins un peu. traits bien sculptés, tu donnes parfois l'impression d'avoir été construite dans la cire. toutefois, tu dégages un extrême naturel. tu ne te caches pas derrière des tonnes et des tonnes de maquillage. tu t'exposes à la face du monde avec tes imperfections. il faut le dire, tu as été choyée par la nature. t'es belle rhys, et ça te fais toujours rougir lorsqu'on ose te complimenter, comme si tu ne le méritais pas.

- enchantée nash bane, moi c'est rhys.

ta voix est douce, mystérieuse et presque chantante si on se concentre bien. t'as un petit sourire qui éclot à la commissure de tes lèvres, sourire naissant à peine visible. t'avales ta salive, venant à remettre un instant ton attention sur les esquisses devant toi. esquisses inachevés, c'est peut-être ça qui est venu t'interpeller. le fait que la plupart d'entre elles que tu as pu contempler sur son blog étaient inachevés. tu replaces une mèche de tes cheveux derrière ton oreille, tu cherches les bons mots, mots qui viennent à glisser tout seuls sans le moindre accrochage perceptible.

- t'es doué, vraiment doué.

tranquillement l'angoisse des premières minutes lors d'une conversation semble s'estomper. tu te sens toujours autant maladroite, mais ça se calme finalement. d'un signe de menton, tes iris viennent s'attarder sur l'une des esquisses en particulier, c'est celle qui t'avais frappé d'ailleurs la première fois et elle fait encore le même effet chez toi, tu pourrais pas exprimer pourquoi, mais c'est comme ça.
- j'suis venue voir ce que les artistes avaient à offrir.

c'est pour ça que t'es là, pour te laisser enivrer par le talent et peut-être te donner de l'inspiration à toi aussi quelque part.
- j'aime bien celle-là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 36
years old : vingt-trois ans
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hurry up, we're dreaming. /nash   Lun 8 Oct - 17:00

les prunelles maint’nant scotchés sur elle, t’la lâches pas, elle et son faciès presque trop parfait pour une habitante d’harvey. p’t’être qu’elle est qu’d’passage, qu’elle est rien qu’en visite. et, d’un sens, c’te simple pensée t’soulage parce que, maint’nant, t’as une bonne raison d’avoir fait les premiers pas.
par contre, t’as pas d’excuse pour la dévisager à c’point et tu l’réalises au même moment où elle ose – enfin – ancrer ses iris dans les tiens.
pas longtemps.
rien qu’le temps de s’présenter.
rien qu’assez pour qu’t’aies l’temps d’les imprégner dans un coin d’ton cerveau.
enchantée nash bane, moi c'est rhys.
rhys...
simple et, à la fois, attractif, qui lui colle parfaitement bien à la peau. un prénom qui, d’ailleurs, t’évoque que’que chose... un souv’nir, un impression d’déjà-vu.
sourcils qui s’froncent machinalement alors qu’tu fouilles dans ta mémoire défaillante, encore plongé dans la profonde léthargie des effets néfastes du champagne qui coule à flot.
t’es prêt à foutre ta main au feu qu’t’as d’jà entendu ça que’que part et, pourtant, c’pas l’blase l’plus commun qu’existe !
mais y a c’bug qu’embrouille tes réflexions... son visage... c’lui qu’t’as jamais eu l’opportunité d’contempler avant aujourd’hui et, ça, t’en es persuadé.
l’genre de traits qui s’oublient pas, même après avoir ingurgité une quantité phénoménale d’alcool. tu t’en aurais rappelé, forcément – artiste oblige.
là, c’est l’vide.
l’vide total.
tu l’observes, silencieux. caractéristique qui, clairement, n’concorde pas avec ton patronyme. m’fin, les bane, vous parlez tout l’temps, mais, souvent, c’pour rien dire. alors que, là, c’comme si elle t’avait arraché la langue en un batt’ment d’cil. carrément.
t'es doué, vraiment doué.
voix qui t’extirpe d’tes rêvasseries, celle qui t’ramène à l’ordre malgré la douceur avec laquelle elle prononce ces mots.
compliment qu’t’entends souvent, qui t’laisse de marbre, en temps normal. c’te fois-ci, y a un maigre sourire qu’étire tes lippes avant qu’elles s’pincent inconsciemment.
satisfaction éphémère qui s’efface aussitôt pour r’prendre un air sérieux, un air plus professionnel.
remerciements qui, pourtant, n’voient pas l’jour... parce que t’as toujours eu c’te façon d’voir les choses différemment. comme quoi t’pas si doué qu’ça, comme quoi qu’tu r’produis uniqu’ment c’que ton cerveau tente de t’communiquer. tout l’monde est capable d’faire ça, c’que tu fais, avec un peu d’pratique. c’juste que, toi, c’inné d’puis qu’tu sais t’nir un crayon, pas d’quoi prendre la grosse tête !
signe d’menton qu’tu suis du r’gard, l’attention d’la blonde qui s’attarde sur l’une d’tes esquisses, celle qu’a sans doute l’plus d’valeur sentimentale à tes yeux.
j'suis venue voir ce que les artistes avaient à offrir.
t’soupires discrèt’ment pour pas qu’elle l’r’marque ton embarras. parce que, c’te toile-là, t’hésites à la garder... ou à la brûler. t’avais pas songé à c’qu’elle puisse attirer un potentiel ach’teur, elle est... bien trop incomplète, bien trop abstraite.
c’est ton portrait, nash.
celle qui t’représente vu sous ton propre r’gard.
j'aime bien celle-là...
t’fais mine d’t’y intéressé, presque convaincant dans ton jeu d’acteur.
m’ouais, elle a... un "truc", j’avoue.
t’murmures presque, séquestré dans la contemplation d’ton propre imaginaire. t’as l’impression de t’faire face, de t’regarder dans l’miroir.
p’is, ça, ça t’agresse.
mais... j’peux savoir pourquoi ELLE en particulier ? j’veux dire... pourquoi elle a attiré ton attention plus qu’les autres ?
tu l’interroges, curieux d’connaître les raisons qui l’ont poussés à s’diriger automatiquement sur cet oeuvre parmi toutes les autres qui l’entoure.
p’is tu t’dis qu’c’est p’t’être trop engagé comme question, trop... personnelle.
c’pour, euh... pour connaître l’avis des gens, à savoir c’qu’ils préfèrent... tout ça ! t’pas obligé d’répondre, t’inquiètes !
bref sourire qu’tu lui esquisses en guise d’excuse, maladresse qu’tu mets sur la faute d’tes vertiges et d’ton mal de crâne. c’en partie pour ça qu’t’as du mal à résonner correctement, qu’t’as un comportement bizarre d’puis qu’elle a franchit la porte d’l’exposition.
y a pas d’autres raisons... non !
y en a pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


third ward


avatar


in town since : 26/09/2018
posts : 62
years old : twenty-three years old.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hurry up, we're dreaming. /nash   Lun 8 Oct - 23:55


☽ ☽ ☽
{ hurry up, we're dreaming. }
w/@nash bane

t'as souvent la diarrhée verbale, tu parles souvent, tu parles tout l'temps. heureusement ce que tu racontes a un sens, tu ne parles pas uniquement pour combler le vide, même si c'est ce que tu tentes de faire indirectement. t'es un peu à l'opposé des artistes que tu côtoies, la plupart d'entre eux sont majoritairement discrets, la plupart vont exprimer leurs émotions à travers l'art. alors que toi, tu verbalises quand y'a un truc qui ne va pas, tu parles, ça sort pas toujours comme tu voudrais; mais au moins t'oses ouvrir la bouche pour le faire. tu ne demeures pas dans un mutisme, les lèvres scellées. toutefois, de l'avoir réellement devant toi ça vient changer toute la dynamique et l'assurance que tu possèdes. tu parles c'est vrai, mais de façon plus posé et discrète qu'à l'habitude. heureusement, tu gardes toute ta franchise, tu ne portes pas de gants blancs; on ne vit qu'une fois n'est-ce pas? pas le temps pour les regrets ou les "j'aurais dû". t'exprimes le fait que t'apprécies l'une de ces oeuvres plus qu'une autre. t'es entièrement sincère, tu le penses.

– m’ouais, elle a... un "truc", j’avoue. y'a tes lippes qui se pincent ensemble, tu continues d'être dans ta contemplation et le gamin, il semble faire de même.
– mais... j’peux savoir pourquoi ELLE en particulier ? j’veux dire... pourquoi elle a attiré ton attention plus qu’les autres ? question qui franchit ces lèvres, ton regard clair qui continue de fixer chaque détail comme si elle allait te souffler les réponses. t'arrives pas à mettre de mots, c'est la confusion. d'ailleurs tes sourcils viennent à se froncer doucement, comme si tu réfléchissais un peu plus, comme s'il était venu à t'obliger à te questionner sur le sujet.
– c’pour, euh... pour connaître l’avis des gens, à savoir c’qu’ils préfèrent... tout ça ! t’pas obligé d’répondre, t’inquiètes ! tu relèves tes iris vers les siennes et tu y vois un sourire qui étire ses lèvres, douce excuse exprimée du bout des lèvres. ça te fait également sourire, tu ne peux pas faire autrement. le moment est tellement étrange, tu ne saurais l'expliquer. à nouveau, tu replaces une mèche de tes cheveux derrière ton oreille, geste que tu exécutes machinalement lors d'instant où tu as l'impression de ne pas avoir entièrement le contrôle, à ce moment précis, c'est exactement ce que tu ressens. tu viens à t'humecter les lèvres brièvement, puis tu prends enfin parole.

« c'est une excellente question.»

que tu débutes par dire, y'a un rire discret qui s'échappe et un petit pétillement au fond de tes iris. tu rapportes un instant ton regard sur l'esquisse, les phrases se forment dans ton esprit et tu peux mieux le verbaliser cette fois-ci.
« je sais pas, y'a quelque chose qui me heurte; peut-être parce que ça pue, la vérité. comme si pour celle-là, tu t'étais mis à nu.»

t'as soudainement un air sérieux qui se forme sur ton visage, puis t'hausses les épaules venant à poursuivre dans ta tirade.
« j'ai l'impression de m'y reconnaître un peu..» cette confession est soufflée, parole à peine audible alors que ton regard est venu à quitter le sien un instant. y'a soudainement des voix qui se font entendre et tu tournes ton visage vers la gauche, probablement de potentiel client. tu leurs adresses un sourire venant à t'écarter pour laisser l'artiste retourné à son occupation première. tu replaces la sangle de ton sac contre ton épaule et tu souffles un léger « pardon..» aux gens près de toi, tu fais quelques pas et tu oses croiser son regard, puis tu poursuis ton chemin continuant à faire le tour de l'exposition. tu passes pratiquement ton entière après-midi à faire le tour, par contre y'a ce bref moment que vous avez partagés qui te reste en tête, gravée. t'as manquée de courage, tu ne lui as pas dit qui tu étais, en même temps est-ce que ça aurait changé quelque chose, tu ne croirais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


♛ les hautes sphères


avatar


in town since : 14/09/2018
posts : 36
years old : vingt-trois ans
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hurry up, we're dreaming. /nash   Jeu 25 Oct - 17:57

mots échangés, à l’arrache, ici et là, ent’ deux r’gards qui s’égarent, qui s’retrouvent. pas l’habitude d’entret’nir une conversation plus qu’deux minutes, toi qu’a pas la notion, ni l’envie d’poursuivre une discussion plus longtemps qu’il l’faut. mais tu t’surprends à enchaîner les phrases et, même, vouloir les prononcer à haute voix.
p’tit interrogatoire qu’tu lui poses. parce que t’aimerais ça savoir, nash. savoir c’qu’elle pense exact’ment d’cette toile, celle qui semble lui faire de l’œil, celle qu’tout l’monde à ignoré jusqu’ici, excepté elle.
c'est une excellente question.
blank space comblé par un rire léger, le sien. silence qu’aurait pu dev’nir gênant vu l’nombre de temps qu’elle met avant d’répondre. mais, étonnamment, ç’a peine si tu l’remarques.
tes yeux qui dérivent vers la toile, qui suit son mouv’ment. toi qu’attends la réponse, elle qui la cherche, sans doute. pas certain, pourtant, d’vouloir l’entendre... la raison pour laquelle elle préfère cette toile à toutes les autres.
je sais pas, y'a quelque chose qui me heurte; peut-être parce que ça pue, la vérité. comme si pour celle-là, tu t'étais mis à nu.
mis à nu. tu pouffes, inconsciemment. nerveusement, surtout. parce qu’elle a mis l’doigt d’ssus en trente s’condes, top chrono. et t’étais persuadé, toi, qu’elle déblatérerait une conn’rie, une théorie bidon qu’aurait aucun sens... mais faut croire qu’t’as bien fait d’aller lui parler.
hauss’ment d’épaules alors qu’vos iris s’percutent d’nouveau. pas longtemps. rien qu’assez pour t’arracher un maigre sourire.
j'ai l'impression de m'y reconnaître un peu...
« et dis-moi, qui t’es ? »
question qu’effleure tes lèvres, sonorités qui, pourtant, n’voient pas l’jour, qui s’font engloutir par les que’ques gens qui s’immiscent ent’ rhys et toi.
et elle s’perd, ta belle étrangère, ent’ les corps qui la bousculent presque. toi qu’a pas la force d’les r’pousser, les membres encore engourdie par les derniers vestiges d’la soirée arrosée d’la veille. et t’la laisses t’filer ent’ les doigts, figé.
pardon...
mais toi, bane, tu l’cherches encore, son r’gard. c’lui qu’elle t’adresse une fraction de s’conde avant d’le détourner. injures silencieuses qui s’transforment en soupir, parce qu’tu dois r’vêtir ton masque d’mec bien élevé. ça s’rait dommage qu’le paternel ait des feed back négatifs à ton propos, comme quoi t’as la langue aussi sale qu’tes œuvres.
p’is tu passes l’après-midi à j’ter des coups d’œil dans sa direction, pour voir si elle franchira la porte d’sortir, pour voir si tu d’vras t’mettre à courir derrière elle, comme un con, et lui balancer une excuse merdique pour l’empêcher d’s’éclipser. les lèvres qui s’pincent chaque fois qu’elle s’extirpe d’ton champs d’vision, l’cœur qui bat un peu plus vite lorsqu’tes prunelles r’trouvent sa silhouette.
p’is tu t’dis qu’tu s’rais imbécile d’rien foutre, d’rester planter-là, à attendre qu’un miracle s’produise. tu t’étonnes toi-même, d’ailleurs, quand tu t’diriges vers elle pour la deuxième fois consécutive...
miracle, qu’tu disais ?
hey, eh...
maladresse qui s’ressent dans l’son d’ta voix, clairement pas habitué à c’genre de chose. parce que, toi, bane, t’insistes pas. parce que, toi, bane, t’invites pas. jamais.
au risque qu’tu m’trouves accaparent... on m’a invité avec tous les aut’ artistes, prendre un verre, tout ça, au bar au coin d’la rue...
non. jamais.
jamais, jamais.
je... j’sais pas, t’envie d’venir ?
jusqu’à aujourd’hui.
jusqu’à rhys.
p’is tu sais pas. tu sais pas pourquoi, elle. p’t’être parce qu’vous vous r’ssemblez. un peu. beaucoup. p’t’être parce qu’t’as l’impression d’la connaître, vaguement. étrangement.
l’impression d’posséder un souv’nir qui n’t’appartient pas et d’le partager avec elle, c’t’inconnue mystérieuse qu’est apparu sous tes yeux comme ça, sans prév’nir.
c’p’t’être d’une aut’ vie, qu’tu la connais. ou p’t’être qu’vous étiez juste destiné à vous rencontrer, aujourd’hui. ici.
p’is tu t’dis qu’si t’étais pas v’nu, t’aurais jamais su...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


third ward


avatar


in town since : 26/09/2018
posts : 62
years old : twenty-three years old.
❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hurry up, we're dreaming. /nash   Ven 26 Oct - 14:54


☽ ☽ ☽
{ hurry up, we're dreaming. }
w/@nash bane

tranquillement, tu poursuis ton chemin gamine. tu continues de profiter des arts de tous et chacun, y'a énormément de talents dans l'coin et c'est en assistant à un événement comme celui-là que tu t'en rends compte. l'après-midi s'écoule et le début de soirée s'installe. t'as pas bue l'heure passé, doucement tu viens à prendre le chemin de la sortie. doucement, tu comptes rentrer chez toi; la tête bourrée d'idée, la flamme de l'inspiration qui semblait essoufflée s'est rallumée. c'est enivrant, rassurant aussi de voir que tu n'as rien perdu. que la créativité est toujours présente, qu'il fallait juste un coup de pouce.

– hey, eh...

tu diminues ta cadence de marche, tu détournes brièvement le regard pour l'apercevoir marchant derrière toi. t'avoues être un peu surprise, mais t'es surtout ravie en fait. t'entends une sorte de maladresse dans sa voix, tes iris pâles qui se joignent aux siennes à nouveau. « hey..» que tu souffles simplement, d'une voix douce. tu viens à sourire discrètement probablement pour cacher ta propre gêne, puis voilà qu'il reprend le gamin. – au risque qu’tu m’trouves accaparent... on m’a invité avec tous les aut’ artistes, prendre un verre, tout ça, au bar au coin d’la rue... tu te pinces doucement les lèvres, puis tu continues de le dévisager.– je... j’sais pas, t’envie d’venir ? voilà qu'il te propose de l'accompagner, une invitation. tu viens à replacer la sangle de ton sac à dos contre ton épaule, tu tiens fortement celle-ci. t'as l'cerveau qui tourne à grande vitesse. pourquoi t'hésites autant rhys alors que t'en as envie? « hm.. ouais d'accord.» que tu viens à dire simplement, t'arrêtes de te poser des questions. de toute façon, ce n'est qu'un verre après tout ça n'engage strictement à rien. doux sourire qui vient flotter sur la commissure de tes lèvres alors que vous vous remettez à marcher vers la sortie. vous franchissez les clôtures de sécurité installés pour l'événement retrouvant le trottoir. vous marchez côte à côte et sur le coup, y'a ce sourire qui plane. tu regardes droit devant toi, et t'aperçois pas trop loin le fameux bar en question. travaillant toi-même dans un bar, certain soir par semaine; tu viens qu'à ne pas sortir souvent. tu donnes parfois l'impression d'être une mamie à rentrer tôt chez toi et t'enrouler dans un plaid à matter des séries alors que la plupart de tes copines, elles partent à la chasse dans divers bars de la ville. « t'es sûre que ça ne dérangera pas tes potes artistes?» que tu demandes alors que vous vous rapprochez du lieu de rencontre. tu ne sais pas trop pourquoi tu demandes alors qu'il a pris la peine lui-même de t'inviter, probablement pour te rassurer. vous entrez à l'intérieur et évidemment il faut peu de temps avant que les regards se tournent vers vous, m'enfin plutôt sur nash; l'artiste prodigue. certains s'avancent vers lui, le félicitent et toi; tu demeures à ses côtés silencieuse avec un doux sourire aux lèvres, admirative. évidemment, certains regards se rivent sur toi. tu y sens de la curiosité et t'aperçois dans le regard de certains un peu d'amusement aussi, alors qu'il lance des regards au jeune bane. tu prends les devants, tu tends la main vers eux. « bonsoir, je m'appelle rhys, enchantée.»

tu ne rajoutes rien d'autres, le genre de truc; "j'suis une amie de nash" en même temps, tu n'sais pas trop ce que vous êtes, du coup tu ne t'imposes pas de titre bidon. tu demeures toi-même, ça toujours été gagnant pour toi d'agir de cette façon. ta poignée de mains est assurée sans être pleine d'arrogance, tu demeures à ta place; prenant juste celle qu'il te faut. tranquillement, les gens se dissipent dans l'bar discutant entre eux. tu n'sais pas si tu pourrais vivre dans ce monde là toi, ça semble si loin de toi. t'es une artiste qui préfère demeurer dans l'ombre, et cette idée de demeurer incognito ça te plait. t'exposes ton art en ancrant la peau des autres, tu laisses aller ta créativité en créant des oeuvres personnalisés que ces gens auront pour le reste de leurs vies. tu ne recherches pas de reconnaissance et tu ne crois pas que ce soit le cas de nash non plus. il semble complètement modeste à travers tout ça, malgré le fait que ça doit être agréable quand même d'être reconnu et de faire partie d'un groupe d'artistes comme celui-ci. « j'peux t'offrir un verre?» que tu oses demander simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



❀ chained to the rhythm
MessageSujet: Re: hurry up, we're dreaming. /nash   

Revenir en haut Aller en bas
 
hurry up, we're dreaming. /nash
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hurry up, we're dreaming. (RONO)
» Unfinished Business [ Punk / Henry / Husky./ Nash / ]
» i was dreaming for so long (hope&delysia)
» Big Show Vs Kevin Nash
» Hurry up now, I need a miracle (CELIA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
purple haze :: harvey, illinois :: to be on the edge of breaking down-
Sauter vers: